Tuesday, October 2020

Italie : le coronavirus présent dans des eaux usées dès décembre 2019

Le coronavirus présent en Italie plus tôt qu’on ne le pensait. Le Covid-19 était présent dans les eaux usées de Milan et Turin, dans le nord de l’Italie, dès décembre 2019, deux mois avant le premier malade officiellement recensé dans le pays, indique une étude de l’Institut supérieur de la santé (ISS) italien.

« L’étude a examiné 40 échantillons d’eaux usées recueillis entre octobre 2019 et février 2020. Les résultats, confirmés par deux laboratoires différents avec deux méthodes différentes, ont confirmé la présence du RNA (acide ribonucléique, élément essentiel d’un virus, NDLR) du Sars-CoV-2 dans les échantillons prélevés à Milan et à Turin le 18 décembre 2019 », explique un communiqué, transmis vendredi à l’Agence France-Presse, de l’ISS, institut public de référence.

Pas de traces en octobre et en novembre

Des traces identiques ont été trouvées également dans les eaux usées de Bologne (centre-nord) le 29 janvier 2020, alors que le premier cas officiel de coronavirus contracté en Italie a été signalé le 20 février, dans la petite ville de Codogno, non loin de Milan. L’ISS précise par ailleurs que les échantillons d’octobre et de novembre 2019 n’ont révélé aucune trace du coronavirus dans les eaux usées.

« Cette recherche peut aider à comprendre le début de la circulation du virus en Italie et fournit des informations cohérentes par rapport à « des analyses menées en France sur des échantillons de patients hospitalisés qui ont identifié un positif au Sars-CoV-2 (…) remontant à décembre 2019 », précise le communiqué de l’ISS.

Ces conclusions correspondent aux estimations de scientifiques chinois qui tablent sur l’apparition du virus à la mi-décembre dans un marché de Wuhan vendant du gibier, même si Pékin a récemment laissé entendre que le virus aurait pu arriver en Chine en provenance de l’étranger. L’institut cite également une étude espagnole qui a identifié du RNA de ce virus dans les eaux usées de Barcelone recueillies vers la mi-janvier, « environ 40 jours avant la notification du premier cas autochtone » en Espagne.

Plus de 34 500 morts en Italie

« Nos résultats confirment l’évidence acquise désormais au niveau international sur l’importance de la surveillance du virus dans les échantillons prélevés dans les eaux usées et à l’entrée des installations d’épuration » des eaux, assure dans cette même étude Luca Lucentini, un responsable de l’ISS. Le fait d’avoir trouvé ces traces de virus « n’implique pas automatiquement que les principales chaînes de transmission (…) aient débuté avec ces premiers cas », souligne Luca Lucentini, estimant qu’un « réseau de surveillance sur le territoire peut se révéler précieux pour contrôler l’épidémie ».

Selon Lucia Bonadonna, une autre responsable de l’ISS, un projet pilote débutera en juillet avec la surveillance d’éventuelles traces du virus dans les eaux usées dans des localités touristiques. « Sur la base des résultats du projet pilote, nous pensons que nous pourrons être prêts pour la surveillance de l’ensemble du territoire national dans les périodes potentiellement les plus critiques, à l’automne prochain », a conclu Lucia Bonadonna.

L’épidémie de nouveau coronavirus a fait officiellement plus de 34 500 morts en Italie depuis le premier cas recensé le 20 février à Codogno, premier cas identifié hors de Chine, où la maladie a fait son apparition en décembre 2019. La région de Lombardie, plus généralement le nord de la péninsule, fut ensuite l’épicentre de l’épidémie en Italie et en Europe. La maladie semble aujourd’hui maîtrisée en Italie, avec quelques dizaines de décès par jour et un nombre de contaminations réduit. Deux foyers ont néanmoins fait leur apparition ces derniers jours à Rome, où les autorités sanitaires assurent que la situation est « sous contrôle ».

Input your search keywords and press Enter.