Monday, November 2018

Les parlementaires arabes condamnent les violences israéliennes contre le peuple palestinien

Les présidents des Conseils et des Parlements arabes ont condamné les violences israéliennes contre le peuple palestinien sans défense, appelant à la création d’un nouveau cadre international pour la prise en charge du processus de paix au Moyen-Orient.

Les présidents des Conseils et des Parlements arabes se sont indignés, dans un communiqué final publié à l’issue de la 28eme session extraordinaire de l’Union parlementaire arabe (UPA) au Caire (Egypte), « de la politique d’annexion des territoires palestiniens par l’occupation israélienne, l’implantation de colonies sionistes et le déplacement forcé des Palestiniens ».

Ils ont en effet rejeté « la nouvelle politique démographique des sionistes qui a ignoré tous les accords passés avec l’Autorité palestinienne dans une politique expansionniste systématique », condamnant également les pratiques de l’occupant (massacres, destructions, démolitions et détentions injustes) à l’encontre du peuple palestinien sans défense, notamment à El-Qods occupée et dans les autres villes palestiniennes.

Ils se sont indignés de « la confiscation par l’occupant israélien et le vol » des allocations financières pour les familles des martyrs, des prisonniers et de leurs familles, leur déduction des recettes fiscales palestiniennes, revendiquant la nécessité de « les rendre ».

Ils ont également dénoncé la réduction des avantages financiers de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens  (UNRWA).

Appel à la création d’un nouveau cadre international pour la prise en charge du processus de paix

Les représentants arabes ont fermement rejeté la loi appelée « Etat national du peuple juif » qui « contredit » les dispositions du droit international, les principes de la légalité internationale et les nobles principes des droits de l’homme.

Les participants ont exprimé « leur condamnation et leur rejet » des positions de la communauté internationale envers El-Qods Occupée, rappelant « leur soutien continu » à la cause palestinienne.

Ils ont en outre estimé que les Etats-Unis « ne sont plus un vrai parrain de la paix » mais « sont devenus une partie pour soutenir » l’agression contre la justice et la paix », perdant ainsi, « leur crédibilité, leur impartialité et leur transparence ».

Les participants à cette session, ont rejeté la décision américaine de reconnaître El-Qods occupée dans la bande de Ghaza comme capitale de l’occupation israélienne.

Une décision considérée comme une « violation du processus de paix et de tous les accords » avec les Palestiniens, les conventions et les résolutions internationales.

Ils ont à ce titre appelé à la création d’un « nouveau cadre international », pour la prise en charge du processus de paix au Moyen-Orient, « conduisant à une solution juste et globale » de la question palestinienne.

En terme de leur réunion, ces responsables, ont interpellé l’Assemblée générale des Nations Unies pour prendre des mesures nécessaires concrètes et des décisions qui devraient être respectées et mises en œuvre par « tout le monde y compris l’administration américaine et l’occupant israélien ».

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Said Bouhadja, a appelé l’ONU lors de la réunion extraordinaire de l’UPA, à assumer ses responsabilités historiques et légales pour protéger le peuple palestinien sans défense, de la barbarie de l’armée israélienne.

Samedi, l’Algérie a condamné pour rappel, l’adoption par la Knesset israélienne de la loi discriminatoire sur « l’Etat-nation juif », qui consacre les orientations racistes et discriminatoires de l’occupant israélien.

Input your search keywords and press Enter.