Thursday, October 2020

Libye : des morts et des blessés dans des bombardements à Tripoli

De nouveaux tirs de roquettes ont ciblé samedi des quartiers résidentiels à proximité de l’aéroport de Maitigua, dans la banlieue-est de Tripoli, ainsi que la zone de Gasr Bab Ben Ghashir, entraînant des morts et des blessés, a-t-on indiqué dimanche de source militaire au sein du gouvernement d’union national libyen (GNA).

L’armée relevant du GNA a annoncé que « des quartiers résidentiels à proximité de l’aéroport de Maitigua et du quartier de Bab Ghachir dans la capitale, Tripoli, ont été bombardés avec de plus de 80 missiles, causant la mort de citoyens et faisant un certain nombre de blessés ».

Le Conseil présidentiel du GNA a attribué les attaques aux forces de l’armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Khalifa Haftar.

Pour sa part, la Société Brega de commercialisation des produits pétroliers, a annoncé que ses réservoirs de kérosène se trouvant dans l’entrepôt de l’aéroport international de Maitigua ont été grièvement endommagés.

La même source, citée par des médias, a ajouté que l’incendie qui s’y est déclaré a été circonscrit par les pompiers, ajoutant attendre que la cellule de crise de son service de sécurité et de sûreté puisse identifier et évaluer les dommages.

Ces nouveaux bombardements surviennent après la chute, dans la soirée du jeudi dernier, de deux roquettes sur le parc al-Chatt à Zawiyet al-Dahmani, un quartier où se trouvent les sièges de la radio télévision libyenne, du ministère des Affaires étrangères, l’hôtel Mehari, l’ambassade de Turquie et la résidence de l’ambassadeur d’Italie, surplombant la corniche de la capitale.

Selon le ministère de l’Intérieur du Gouvernement d’union nationale, deux personnes, un policier et un civil, ont été tuées à la suite de bombardements aveugles à Zawiyet al-Dahmani.

Le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d’union nationale, Fayez al-Sarraj, a qualifié les bombardements dans la région de Zawiyet al-Dahmani d' »acte criminel barbare », dénonçant les attaques répétée contre des quartiers résidentiels.

Pour sa part, la Mission d’appui des Nations unies en Libye (MANUL) a dénoncé le « ciblage systématique des quartiers civils », précisant avoir recensé, entre le 1er et 8 mai, la mort de 15 civils et 50 autres blessés par des tirs d’obus.

La MANUL a souligné que ces attaques constituaient des « crimes de guerre et contre l’humanité » et promis de les transmettre au Groupe d’experts de la Cour pénale internationale.

Input your search keywords and press Enter.