Ouverture d’un procès en appel crucial pour l’ex-président du Brésil

Le jugement en appel de l’ex-président brésilien Lula a débuté mercredi, trois juges étant chargés de trancher sur une condamnation à près de dix ans de prison pour corruption qui pourrait lui barrer la route de la présidentielle dont il est le grand favori.

Un Brésil très polarisé retenait son souffle en attendant cette décision cruciale pour l’avenir de pays, qui tient ses élections générales en octobre. Des milliers de sympathisants de Luiz Inacio da Silva, figure politique emblématique, mais aussi ses ennemis farouches, ont convergé vers cette ville du Sud, dans une ambiance tendue qui laisse redouter des affrontements. La tension était palpable dès les premières heures de la journée. Le quartier du tribunal, situé au cœur d’un parc, a été totalement bouclé alors que des hélicoptères survolaient la zone. L’Etat de Rio Grande do Sul, dont Porto Alegre est la capitale, a mobilisé d’importantes forces de maintien de l’ordre et des hélicoptères autour du procès, suivi par quelque 300 journalistes, brésiliens et étrangers. En confirmant -option la plus probable -ou en infirmant la condamnation à neuf ans et demi de prison pour corruption passive et blanchiment de Lula, la cour d’appel va de fait battre les cartes de la présidentielle d’octobre au Brésil.

Les nombreux recours possibles font que la situation de l’icône de la gauche pourrait ne pas être clarifiée avant de longs mois, laissant planer longtemps encore le flou qui entoure l’élection la plus incertaine au Brésil depuis le retour de la démocratie en 1985. «La cour d’appel va probablement confirmer la condamnation» de Lula, a écrit l’Eurasia Group, «et Lula sera sans doute disqualifié par des décisions finales des cours suprême et électorale, mais certainement à une date plus proche de l’élection» d’octobre. Toujours pugnace, Lula a fait le déplacement mardi soir à Porto Alegre, défilant à la tête de ses sympathisants vêtus de rouge amenés par autocars entiers. Il attendra le jugement chez lui à Sao Paulo.

Cependant, le Tribunal régional fédéral (TRF4) chargé des cas de corruption autour du groupe pétrolier public Petrobras n’a relaxé que moins de 5% des 113 personnes condamnées par le juge Sergio Moro, héraut de l’enquête tentaculaire «Lavage express», selon l’hebdomadaire Veja. C’est ce juge -ennemi juré de Lula – qui avait prononcé en juillet 2017 sa condamnation choc, puis saisi ses biens, après l’avoir accusé d’avoir reçu un triplex en échange de l’attribution de marchés publics de Petrobras lors de sa présidence (2003-2010).

Input your search keywords and press Enter.