Thursday, November 2019

Tenue à Kigali du sommet de l’UA consacré au lancement de la Zone de libre échange

Le sommet extraordinaire de l’Union africaine, consacré au lancement officiel de la Zone de libre échange continentale, se tiendra ce mercredi à Kigali en présence des chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de l’UA, dont le Premier ministre, Ahmed  Ouyahia, représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Ce sommet sera sanctionné par la signature d’un accord établissant la Zone  de libre échange continentale (ZLEC) et d’un protocole instituant la Communauté économique africaine, relatif à la libre circulation des personnes, au droit de résidence au droit d’établissement.

Les négociations en vue d’établir une zone de libre-échange continentale ont été lancées lors du sommet de l’UA qui s’est tenu en juin 2015 à Johannesburg (Afrique du Sud), mais le calendrier des négociations est lié au fait que la mise en œuvre du Traité d’Abuja, qui sert de base juridique pour les négociations, a pris du retard.

Le sommet de Johannesburg avait décidé que les négociations devraient englober le commerce de marchandises et celui des services, ainsi que l’investissement, les droits de propriété intellectuelle et la politique de concurrence.

Outre les bénéfices qui en découleront, la mise en œuvre d’un accord sur la zone de libre échange est considérée comme un signal de la détermination du continent à rompre avec les récits négatifs du passé pour se tourner vers un avenir fondé sur une prospérité partagée.

La mise en place de la Zone de libre échange constitue l’un des projets phares de l’Agenda 2063 de l’UA, qui avait tracé une nouvelle vision de développement du continent sur les cinq prochaines décennies en s’appuyant sur une croissance inclusive et un développement durable.

D’ici 2063, les pays africains ambitionnent d’être parmi les plus performants, en termes de mesures de la qualité de vie dans le monde grâce à des stratégies de croissance inclusive, la création d’emplois, l’augmentation de la production agricole, des investissements dans la  science, la technologie, la recherche et l’innovation, ainsi que la fourniture de services de base.

Lors de sa dernière visite en Algérie, le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, avait indiqué avoir réitéré avec ses hôtes algériens la nécessité de tout faire   pour assurer le succès du sommet extraordinaire de Kigali.

Il s’était réjoui, par ailleurs, des avancées importantes enregistrées dans la réalisation de projets d’infrastructures régionales dans le cadre du Nouveau partenariat pour le développement en Afrique (Nepad), notamment la route transsaharienne Alger-Lagos et la liaison par fibre optique entre l’Algérie, le Niger, le Nigeria et le Tchad, de même que le gazoduc transsaharien entre l’Algérie, le Niger et le Nigeria, incluant des bretelles vers d’autres pays de la sous-région.

Le président de la Commission de l’UA avait, par la même occasion, exprimé l’appréciation de l’UA à l’Algérie pour son engagement en faveur de ces projets visant à  créer un corridor de développement, par le désenclavement de la sous-région et la promotion du commerce.

Input your search keywords and press Enter.