Thursday, November 2019

Crise au FFS, le premier secrétaire met en garde Mohamed Nebbou

L’aggravation de la crise sein du FFS provoquée par la démission d’Ali Laskri de l’instance présidentielle dimanche dernier ne cesse de créer des tensions entre les membres de ce parti.

Le premier secrétaire, Mohamed Hadj Djilani vient de recadrer un membre du comité d’éthique à savoir Mohamed Nebbou, suite à son intervention au journal Liberté hier. En effet, dans une mise point publié aujourd’hui par le quotidien Liberté à la page 9, Hadj Djilani rappelle à la rédaction de ce journal qu’aune réunion du secrétariat national n’a eu lieu dans l’après midi de mardi et qu’il n’a à aucun moment mandaté Mohammed Nebbou de parler au nom du parti. « Le secrétariat national du FFS n’a nullement tenu de réunion après le retrait d’Ali Laskri de l’instance présidentielle du parti. Par ailleurs, et conformément aux textes, le premier secrétaire est le porte-parole, il n’a de ce point mandaté aucune personne pour s’exprimer au nom du FFS. Les déclarations n’engagent dès lors que leurs auteurs », lit-on dans la mise au point qui fait suite à l’annonce par Nebbou dans les colonnes du même journal  la tenue d’une réunion du secrétariat national pour tenter « d’éviter le congrès extraordinaire ». Une mise au point qui sonne comme une mise en garde affirmant ainsi son autorité.

Selon nos informations, la sortie médiatique d’Azizi Baloul, membre de l’instance présidentielle (statutairement dissoute de fait), aujourd’hui sur les colonnes du journal « la dépêche de Kabylie », n’est pas également du goût du premier secrétaire. « Aziz Baloul n’a aucun statut du fait de la dissolution de fait de l’instance présidentielle suite à la démission d’Ali Laskri. Il est uniquement membre du conseil national et n’a pas le droit d’étaler les questions internes du parti dans la presse nationale. Face à la situation actuelle, le premier secrétaire est le seul porte-parole du parti », nous explique un membre du conseil national du FFS. Par ailleurs, Mohamed Hadj Djilani, tente d’aller vers un conseil national dans un climat d’apaisement pour éviter d’aggraver encore plus la situation.

A noter, que le conseil national du FFS s’ouvrira demain pour étudier cette question de tenir ou non le congrès extraordinaire après la démission d’Ali Laskri.

Lire aussi: 

Texte intégral de la démission d’Ali Laski de l’instance présidentielle du FFS

Input your search keywords and press Enter.