Wednesday, June 2019

Benflis dénonce « la stratégie de division » du pouvoir, rejette l’initiative du PT  

Ali Benflis accuse le pouvoir en place d’adopter la politique de « division » dans son traitement des mouvements de contestation qui ébranlent le front social depuis des mois, notamment les grèves des médecins résidents et des enseignants.

 « Plutôt que de s’engager dans une voie apaisée pour baisser les tensions sociales, le pouvoir a recours à la stratégie de la division en tentant de monter les familles des malades contre les médecins, les parents d’élèves contre les enseignants, les usagers de la route contre les marcheurs, les voyageurs contre les syndicats des compagnies aériennes nationales te les cheminots », a déclaré, aujourd’hui, le président de Talaie El Hourriyet, lors d’une conférence de presse. « Fidèle à ses habitudes », estime Benflis, ce même pouvoir « a opté pour la démarche répressive des régimes autoritaires : le recours à la force brutale, les intimidations et menaces de représailles, l’instrumentalisation de l’arsenal judiciaire  pour déclarer les grèves illégales ».

L’ancien chef de gouvernement dira que « ni l’impasse politique, ni la crise économique, ni la montée des tensions sociales ne sont au centre des inquiétudes ».  « Le pouvoir fait diversion et tente désespérément de détourner les regards des véritables problèmes du pays vers les confrontations stériles concernant les élections présidentielles et l’hypothétique 5éme mandat ! », a-t-il fait remarquer.

Interrogé sur l’initiative lancée par la secrétaire générale du PT pour l’élection d’une Assemblée constituante, Ali Benflis, s’est montré prudent. « Nous respectons le PT qui a le droit de proposer des solutions, et son initiative est le bienvenu parmi tant d’autres. Pour notre part, nous pensons qu’il faut d’abord aller vers des élections libres et transparentes, constituer un gouvernement d’union nationale qui, avec l’APN, élaboreront une Constitution et une charte de transition démocratique, où l’Armée sera garante », a-t-il répondu. Cette position de Benflis par rapport à l’initiative du PT raisonne comme un « rejet diplomatique », sans pour autant afficher une hostilité frontale à l’égard du parti de Louisa Hanoune.

Input your search keywords and press Enter.