Monday, January 2021

Le PST condamne la radiation des enseignants grévistes par le ministère de l’Education nationale

Santé, éducation nationale et enseignement supérieur. Aucun secteur n’est épargné. La contestation gagne du terrain. Les travailleurs de nombreux secteurs semblent s’être en effet, donné le mot pour des actions de protestation, qui remonte pour certains,  à novembre dernier.  Une situation qui n’a pas été sans faire sortir de leur mutisme, des formations politiques à l’instar du Parti Socialiste des Travailleurs – PST- qui a dénoncé dans un communiqué parvenu à DMA,   « les agissements du gouvernement qui utilise la justice pour criminaliser les mouvements de grève et remettre en cause le droit de grève, notamment dans le secteur de l’éducation nationale ».

« Alors que les mouvements de grève se multiplient en réaction à l’accélération de la politique d’austérité, de remise en cause des acquis sociaux et des droits des travailleurs, le gouvernement Ouyahia menace les protestataires et s’attaque aux libertés syndicales et démocratiques que plusieurs ministres veulent ouvertement interdire », s’est alarmé le parti de gauche dans son communiqué.

Le PST qui a exprimé, « sa solidarité agissante avec les enseignants grévistes et appelle à la solidarité avec les grévistes contre la remise en cause des libertés syndicales », a en outre condamné le licenciement  des milliers d’enseignants grévistes affiliés  au  CNAPESTE.

Un syndicat exclu pour rappel des rencontres bilatérales ayant regroupés les syndicats de l’éducation et la tutelle dimanche soir. Ce n’est pas tout, au rythme où vont les choses, le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation, encourt le risque de la dissolution après le bras de fer qu’il a engagé avec le Gouvernement.

Lire aussi: La grève du corps enseignant suivi à 70%, selon l’UNPEF

Input your search keywords and press Enter.