Sunday, June 2019

Ali Benflis : « Il faut sortir du piège de la solution constitutionnelle »

Le président de Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, a appelé à combiner entre la solution constitutionnelle et politique pour sortir de la crise.

Sit-in des avocats et magistrats devant le ministère de la Justice

Évaluant les derniers développements, Benflis a estimé que « cette huitième semaine de manifestations populaires massives, a ramené la recherche d’une solution à la crise de régime au point de départ ». Cependant, la recherche de cette solution « commande aujourd’hui, plus que jamais, l’entente politique la plus large sur un certain nombre de postulats de base ». « Le premier postulat suppose que nous sortions du piège de la solution constitutionnelle pure, opposée à la solution politique pure », a-t-il plaidé.

En effet, Ali Benflis pense que « la philosophie des constitutions et des lois est essentiellement politique », car « si la politique est une méthodologie d’encadrement et de conduite de collectivités humaines, les constitutions et les lois ne sont rien d’autre que les instruments de cet encadrement et de cette conduite ». En conséquence, « le traitement de la crise actuelle doit être tout à la fois constitutionnel et politique », a-t-il soutenu, expliquant que « dans le traitement de cette crise, nous devons aller aussi loin que possible, sur la voie constitutionnelle. Mais dès qu’une impasse apparaît sur cette voie, nous devons avoir la lucidité et le courage de la surmonter par le recours à la voie politique la plus acceptable pour tous ».

Ali Benflis parle aussi des deuxième et troisième postulats que sont « le refus du peuple d’entrer dans une nouvelle étape avec des figures anciennes » et la nécessité de « reconnaître que l’application combinée des articles 7, 8 et 102 de la constitution, a fait l’objet d’une large acceptation comme base de sortie de la crise » et que « la sagesse, tout autant que le réalisme et la clairvoyance, imposent un retour impératif à cette base autour de laquelle s’est formé un large consensus national ».

Quant au quatrième postulat, il commande que « soit reconnue l’incapacité des instituions en place, à contribuer au règlement de la crise », car elles « font partie du problème à résoudre ». « Seule l’institution militaire peut aider à parvenir à cette solution », a-t-il conclut.

Input your search keywords and press Enter.