Saturday, December 2020

Ali Benflis : La lettre attribuée à Bouteflika « n’est pas la sienne »

Ali Benflis a réagi ce lundi 4 mars à la lettre adressée aux algériens par le candidat Abdelaziz Bouteflika, promettant une conférence nationale inclusive après la présidentielle et des élections anticipées.

« La lettre attribuée au bénéficiaire d’une candidature fictive à un mandat présidentiel fictif n’est manifestement pas la sienne », écrit le président de Talaie El Hourriyet dans une déclaration. Et d’ajouter que « ce sont toujours les forces extra-constitutionnelles qui sont à la manœuvre ». Pour lui, cette lettre est, au fond comme dans la forme, « un nouveau défi inacceptable et une provocation supplémentaire inqualifiable ».

Ali Benflis regrette que « le peuple algérien (qui) attendait une réponse sans ambigüité et sans louvoiement à ses demandes, n’a eu droit qu’à la répétition d’anciennes promesses non tenues depuis vingt ans ». Et c’est d’ailleurs pourquoi, ce même peuple « n’a pas été dupe de ces manœuvres du dernier quart d’heure ». « Aussitôt la lettre connue, la réponse du peuple algérien n’a pas tardé. Cette réponse populaire, a encore une fois, fait la démonstration de pacifisme, d’un très haut niveau de maturité civique, de conscience politique, ainsi qu’un attachement inébranlable à la paix civile », écrit Benflis dans une allusion aux manifestations nocturnes de dimanche.

Enfin, le peuple algérien a, selon l’ancien chef de gouvernement, « dit tout le peu de crédit qu’il accordait à l’emballage grossier de la conférence nationale prononcée comme une panacée aux nombreuses crises qui affectent le pays, alors même qu’elle n’est qu’une tentative désespérée de sauvetage d’un régime politique en fin de parcours ».

Input your search keywords and press Enter.