Thursday, May 2021

Après les propos de Bouchareb, l’élection présidentielle en avril 2019 ?

A en croire les propos de Moad Bouchareb, coordinateur de l’Instance dirigeante du Front de libération nationale (FLN),  l’élection présidentielle de 2019 se déroulera comme prévu, c’est-à-dire dans ses délais.

Le président de la république va convoquer le corps électoral « dans les prochains 25 jours », a-t-il déclaré dimanche 30 décembre, lors d’une conférence de presse tenue au siège du parti à Hydra.

Abderrezak Makri : « l’ère du ‘’bouteflikisme’’ est terminée ! »

Bouchareb a-t-il pris le risque, cette fois-ci, de trancher le débat qui occupe la scène politique ? Ou, a-t-il parlé en connaissance de cause ? Quoi qu’il en soit, sa déclaration sonne comme une affirmation que l’élection présidentielle aura bel et bien lieu au printemps prochain.

Le Président doit convoquer le corps électoral, 90 jours avant la date du scrutin. Ce qui fait qu’il a encore devant lui une vingtaine de jours. En 2014, l’élection s’est déroulée le 17 avril. Si la tradition est respectée et que le vote aura lieu un jeudi, il est possible que la présidentielle soit fixée au 18 avril. Sinon au 25 du même mois. Ce qui expliquerait « les 25 jours » dont a parlé Bouchareb.

Candidature de Bouteflika 

A moins que ce soit une initiative individuelle de la part de Bouchareb qui ne répond pas forcément à la volonté de toute les composantes du pouvoir, l’on s’achemine droit vers une candidature de l’actuel Président pour un 5e mandat. Lors de la même conférence de presse, le patron du FLN a laissé entendre que le candidat du parti sera Abdelaziz Bouteflika.

La déclaration de Moad Bouchareb, intervient au lendemain d’un Conseil des ministres très attendu. Bouteflika, attendu sur le sujet de la présidentielle, n’a soufflé aucun mot. Son silence a enfoncé la classe politique dans le flou. Avec la sortie de Bouchareb, est-ce la délivrance ?

A noter que samedi dernier, Ahmed Ouyahia a réaffirmé la position de son parti en indiquant qu' »il ne voit pas la nécessité de reporter les élections présidentielles ».

Si les deux chefs de la majorité se prononcent presque au même moment sur la tenue de l’élection présidentielle dans ses délais constitutionnels, c’est qu’ils ont été instruit de se préparer et commencer à mobiliser leurs troupes pour cette échéance électorale.

Articles « politiques » écrits par des généraux à la retraite, le MDN réplique et se réserve le droit de saisir la justice  

Input your search keywords and press Enter.