Monday, November 2018

Attaque de Louh contre Ahmed Ouyahia, le RND réplique

Le secrétaire général du RND et néanmoins premier ministre, Ahmed Ouyahia, n’a pas laissé l’attaque de son ministre de la justice, Tayeb Louh, hier à Oran, sans réponse. Le RND a publié ce mardi un communiqué-mise au point- pour répliquer à son ministre.

Lire aussi: La surprenante « attaque » de Louh contre Ouyahia

Le communiqué défend le SG du RND en rappelant qu’ « encore une fois des voix s’en prennent au secrétaire général du RND en utilisant le dossier-vide- des cadres emprisonnés dans les années 90 ». Le communiqué publié sous forme de mise au point revient sur cette affaire et fait un rappelle historique.

Selon les rédacteurs du texte, « lorsque des dizaines de cadres (et non des milliers) de l’Etat ont été emprisonnés dans les années 90, M. Ahmed Ouyahia n’exerçait pas les fonctions de ministre de la justice. A ce titre, toutes les accusations de ce genre contre le SG ne sont que des calomnies et une atteinte à l’intégrité des juges indépendants ».

Le parti d’Ahmed Ouyahia rappelle également les initiatives réglementaires et dans le code des procédures pénales de son SG en affirmant qu’ « il était l’initiateur d’un décret en sa qualité de ministre de la justice en 2000 pour renforcer l’indépendance des juges. Le décret interdit aux fonctionnaires du ministères de donner des orientations aux juges et interdit aux juges de les demander ». « Cette mesure a même coûté à certains responsables leur poste au sein du ministère de la justice », a ajouté le RND.

Pour ce qui est de l’amendement du code de procédures pénales, le RND revient sur l’amendement initié par Ouyahia afin de dépénaliser l’acte de gestion sans dépôt de plainte par les responsables de l’institution concernée. Selon la même source, cet article du code a été supprimé par la suite avant que le président de la république le réintègre.

C’est un autre épisode peu clair de l’interminable feuilleton des rebellions au sein du gouvernement Ouyahia. Il s’agit d’une situation anormal ou le premier ministre recadre ses ministres via sa formation politique. Sauf si le premier ministre ne parle pas avec ses ministres que via la presse nationale.

Input your search keywords and press Enter.