Monday, July 2019

Bouteflika martèle l’importance du consensus national pour la sécurité du pays

Le président de la république, Abdelaziz Bouteflika , a de nouveau martelé l’importance du consensus national pour préserver les acquis politiques, économiques et sécuritaires du pays.

Lire aussi: Message du président Bouteflika à l’occasion de la Journée nationale du chahid (Texte intégral)

Dans un message  à l’occasion de la journée nationale du Chahid, lu en son nom par le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni., Bouteflika énumère « les acquis et les réalisations » de l’Algérie indépendante en étroite « adéquation avec le serment des chouhadas » notamment la sécurité du pays. Néanmoins, il lie la consolidation de ces acquis et réalisations à « la maturité, l’unité, l’action et le consensus national ».

« Certes, nous jouissons à présent d’une sécurité affermie grâce aux sacrifices des enfants de l’Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’ALN, auxquels j’adresse, en votre nom tous, ainsi qu’à tous les corps de sécurité, officiers, sous-officiers et Djounoud, un hommage pour leur professionnalisme et leurs sacrifices ainsi que pour leur mobilisation contre les résidus du terrorisme et pour la préservation de la paix et de la stabilité de l’Algérie », lit-on dans la même message diffusé par l’APS. Néanmoins, ajoute-t-il, « la sécurité de l’Algérie ne suppose pas uniquement la force armée mais également la maturité, l’unité, l’action et le consensus national ». Il s’agit d’une affirmation clair de la part du président d’aller jusqu’au bout de  sa promesse électorale concernant la tenue de conférence nationale de consensus en 2019 s’il sera élu.

C’est le deuxième message en une semaine du président candidat qui met l’accent sur le principe de consensus pour continuer « l’édification de l’Etat algérien » et « la consolidation des acquis de l’indépendance et des différentes réalisations depuis 1962 ».

Lors de sa lettre annonçant sa candidature à la prochaine présidentielle, Bouteflika a promis d’œuvrer dans le sens de la construction d’un consensus national avec tous les acteurs politiques et sociaux y compris l’opposition. Dans son annonce de candidature, Bouteflika n’a exigé aucune limite concernant les aspects qui vont être touchés par le contenu de la conférence de consensus. Il s’agit, a-t-il laissé entendre, d’un débat national ouvert sur tous les sujets sans atteinte aux constantes de la nation.

L’idée du consensus national lancée pour la première fois par le FFS, parti d’opposition, en 2013, semble faire son chemin même au sein du pouvoir. Reste à savoir à quel point le pouvoir et l’opposition sont disposés à faire des concessions pour faire aboutir ce projet qui ne peut être qu’une sécurisation de l’avenir de l’Algérie si les acteurs politiques arrivent à dépasser leurs divergences.

Input your search keywords and press Enter.