Wednesday, December 2018

Choléra : l’APN se contente d’une mission d’information au lieu d’une commission d’enquête

L’Assemblée populaire nationale (APN), ne veut pas d’une commission d’enquête parlementaire sur les raisons, les causes et l’origine de la propagation de l’épidémie de choléra, ayant officiellement fait 2 morts.

Lire aussi: Un nouveau cas confirmé de Choléra à Alger, deux nouveaux suspects et un mort

L’institution que préside Saïd Bouhadja du parti FLN, a anticipé sur les demandes formulées par les députés de l’opposition et met en place une mission d’information. « Il a été décidé, suite à la demande des commissions permanentes en coordination, de la constitution d’une mission d’information, concernant l’épidémie de choléra dans certaines régions », lit-on dans un PV de réunion du Bureau de l’APN.

Mais, pourquoi la chambre basse a-t-elle opté pour une « mission » au lieu d’une commission d’enquête ? Des députés de l’opposition dénoncent « une fuite en avant » de l’institution parlementaire qui « ne veut pas que les responsabilités soient situées ».

Le FFS et le PT pour une commission d’enquête

A l’ouverture de la session parlementaire, le FFS avait revendiqué « l’ouverture d’une d’enquête ». Le groupe parlementaire du parti s’apprête à déposer officiellement la demande, dès qu’il parvient à réunir les signatures. Selon une source interne, « le FFS collabore avec des députés du PT ».

Cette initiative s’ajoute à celle (la même demande) qu’a lancée Lakhdar Benkhellaf, député d’El Adala en concertation avec les députés d’El-Bina et d’Ennahda.

Apparemment, le Bureau de l’APN ne veut pas révéler les défaillances, ni situer les responsabilités. « Le rôle d’une mission d’information se limite à présenter un rapport d’état au président de l’APN », explique un député. Contrairement à une commission d’enquête qui, elle « remet son rapport au président de la République, au Premier ministre et l’expose en plénière. De plus, elle situe les responsabilités de chacun, les négligences et les dépassements enregistrés vis-à-vis de la loi et du droit des citoyens ». Chose qui pourrait couter leurs postes à certains, responsables locaux, directeurs voire des ministres.

L’APN veut-elle étouffer l’affaire du choléra ? Et pourquoi ?

Input your search keywords and press Enter.