Tuesday, January 2021

Convocation d’une élection pour une Assemblée constituante, le PT fait-il un pas en arrière ?

Le Parti des travailleurs (PT), fait-il un pas en arrière concernant son appel au président de l’a république de convoquer une élection pour une Assemblée nationale constituante (ANC) afin de sortir le pays de la crise? C’est en toute vraisemblance ce qui ressort de la réunion du secrétariat du bureau politique tenue hier.

« Pour le parti des travailleurs, la Lettre adressée au président de la république est un moyen d’organisation du débat le plus large avec toutes les composantes du peuple algérien sur l’élection d’une Assemblée nationale constituante à travers laquelle les représentants du peuple, élus librement et démocratiquement, dégageront les moyens juridiques et institutionnels à mêmes d’ouvrir une issue positive à la crise politique actuelle », écrit le PT dans un communiqué. Comprendre que pour le parti de Louisa Hanoune, il peut bien y avoir des issues autres que l’Assemblée constituante pour sortir le pays de sa crise. Le PT change radialement les éléments de langages utilisés dans la lettre. Cette dernière, rappelons-le, était un appel pour le président de convoquer une assemblée nationale constituante (ANC), qui selon la nouvelle version, n’est autre qu’un simple »moyen d’organisation du débat le plus large avec toutes les composantes du peuple algérien ».  « Alors, pour ouvrir une issue positive à la crise grave qui risque d’emporter notre pays, convoquez des élections à une Assemblée nationale constituante (ANC), pour jeter les bases d’un véritable renouveau politique institutionnel à même de sauver l’Etat algérien et d’immuniser notre pays », avait écrit le PT dans la lettre.

Ce revirement intervient après le refus de la majorité de la classe politique, de l’opposition comme du pouvoir, s’adhérer à cette initiative. Des rejets que le PT n’a pas digéré. Se disant pas du tout étonné des réactions des formations politiques du pouvoir, allusion au FLN et au RND, il estime qu’elles « s’inscrivent dans l’ordre des choses ». Car, critique encore le SBP du parti, « ce sont leurs intérêts et ceux d’une minorité de nouveaux très riches, que leur garantit l’actuel système politique et économique, qu’ils défendent et tentent de maintenir à tout prix ».

Il faut dire que la proposition du PT faite le 14 février dernier, par le biais d’une lettre adressée au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, n’a pas eu d’échos favorables chez la classe politique. Même l’opposition s’est réservée de la défendre. D’où ce nouveau langage exprimé par la formation politique de Louisa Hanoune qui ressemble beaucoup plus à un recul au moment ou il fallait donner plus d’explication sur cette initiative. Toutefois, le parti de Mme Hanoune réitère qu’une telle Assemblée « opèrera la rupture avec le système de parti unique qui mène le pays vers le chaos ».

Input your search keywords and press Enter.