Friday, March 2019

Début des préparatifs de la conférence de consensus dès l’installation du nouveau gouvernement

Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a indiqué jeudi à Alger que le gouvernement technocrate, qui sera nommé dans les tous prochains jour, entamera dès sa mise en place les préparatifs de la conférence nationale inclusive, affirmant que l’exécutif nouera le dialogue avec toutes les composantes de la société « sans exclusion » pour concrétiser « toutes les aspirations » du peuple algérien.

Lors d’une conférence de presse animée conjointement avec le vice-Premier ministre, Ramtane Lamamra, M. Bedoui a déclaré que les consultations sont en cours pour former le gouvernement, se voulant « ouvert » à tous les courants politiques, « représentatif des toutes les compétences et énergies, notamment les jeunes, et à même de contribuer à la réussite de la phase de transition ne devant pas aller au-delà d’une année ».

Il a ajouté que le gouvernement, une fois nommé, commencera sans délai la préparation de la conférence nationale inclusive, dont l’organisation a été annoncée par le président de la République, précisant que ses modalités seront définies en tenant compte des avis et des propositions de tous afin d’établir les « priorités ».

M. Bedoui a précisé que le travail de la prochaine équipe gouvernementale consistera « à mettre tous les moyens pour permettre le bon fonctionnement des différents services et institutions du pays ».

Il a affirmé que le gouvernement œuvrera à instaurer un climat de « confiance » et de « sérénité », appelant l’opposition politique et tous les partenaires au dialogue et à placer les intérêts de l’Algérie au-dessus de toute autre considération.

« Nous lançons un appel à tous les partenaires politiques, notamment ceux qui sont dans l’opposition, au dialogue et à nous écouter les uns les autres afin de pouvoir dépasser la conjoncture difficile que traverse notre pays », a souligné M. Bedoui, estimant que « les défis sont tels qu’aucune partie ne peut prétendre les relever seule ».

Les institutions constitutionnelles continueront à travailler jusqu’à l’élection de futur Président

Le Premier ministre a indiqué que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, « a immédiatement répondu aux revendications du peuple », relevant que cette interaction est illustrée dans son message à la Nation du 11 mars dans lequel il a annoncé le report de l’élection présidentielle du 18 avril 2019 et sa décision de ne pas briguer un 5ème mandat à la magistrature suprême.

Le chef de l’Etat a également annoncé la tenue d’une élection présidentielle dans le prolongement de la conférence nationale inclusive et indépendante.

A une question sur la dissolution du Parlement, le vice-Premier ministre, Ramtane Lamamra, a exclu cette éventualité, assurant que « toutes les institutions constitutionnelles continueront à travailler jusqu’à l’élection du futur président de la République, partant du principe de la permanence de l’Etat ».

Il a souligné « la nécessité de fournir davantage d’efforts et de persévérance pour convaincre nos frères (dans l’opposition) de l’importance de dialoguer et coopérer ». « L’Algérie nous interpelle tous pour serrer les rangs et élaborer une vision d’avenir », a-t-il fait valoir.

Sur le contenu du dernier message du président de la République, il a observé que les mesures annoncées son un tout « indivisible », les sept axes y figurant étant « interdépendants ».

M. Lamamra a réitéré, par ailleurs, le rejet « catégorique » par l’Algérie de toute ingérence dans ses affaires internes, partant de son histoire et de ses principes, tout en indiquant comprendre l’intérêt porté à ce qui se passe en Algérie par la presse et des responsables étrangers.

Input your search keywords and press Enter.