Thursday, May 2021

Djilali Soufiane : « destituer le président est un pas en avant, mais pas la fin du parcours »

Le président du Jil Jadid a réagi à l’appel du chef d’Etat-major de l’ANP qui a appelé à l’application de l’article 102 de la Constitution. Pour lui, « le peuple algérien commence à récolter les fruits » de son mouvement et de la pression qu’il a exercée sur le pouvoir. « Destituer le président est un autre pas en avant, mais ce n’est pas la fin du parcours », a pourtant estimé Djilali Soufiane dans une vidéo postée, ce mardi soir sur sa page facebook.

Il explique qu’« il ya encore des dangers ». Car si l’article 102 de la constitution est appliqué, « cela mènera à l’arrivée (au pouvoir) de l’actuel président du Conseil de la national, au maintien du gouvernement et des institutions actuelles et il y aura des élections sous leur supervision », a-t-il fait remarquer. Et de trancher : « Ni l’opposition, ni le peuple n’acceptent cette opération. Il faut mettre fin à tout le système avec le départ de tous ceux qui ont géré et qui se sont rendus complice avec lui, pour entrer dans une nouvelle étape, avec des visages qui jouissent de la confiance des algériens, une période de transition de 6 mois à 1 an pour réviser les lois et mettre en place les préparatifs à des élections transparentes ».

Le président de Jil Jadidi appelle les algériens à « maintenir la pression » et donne rendez-vous « à vendredi prochain ; la victoire est à l’horizon ».

Input your search keywords and press Enter.