Friday, November 2020

Exclusif : Un remaniement du gouvernement dans quelques jours, Bouteflika reconduira Ouyahia

Le Président de la république, Abdelaziz Bouteflika, procèdera dans quelques jours à un remaniement du gouvernement. A maintes fois, donné comme partant, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, « sera reconduit à son poste », apprend-on de sources fiables qui précisent que le remaniement interviendra éventuellement durant « la deuxième quinzaine » du mois de septembre.

« Le Président va renouveler sa confiance à Ouyahia », affirme notre source, expliquant que le contexte politico-économique ainsi que la situation sociale « recommandent le maintien d’un homme capable de faire face aux défis ». De plus, il s’agit de réunir les meilleures conditions pour l’organisation de l’élection présidentielle 2019. La campagne pour un 5e mandat du président Bouteflika étant déjà lancée.

Lire aussi: Après des mois de silence, le FCE soutient un 5e mandat pour Bouteflika  

Réussir l’organisation de la présidentielle

Cependant, le remaniement touchera à certains départements ministériels dont les responsables auraient « failli à leur mission », ajoutent nos sources, sans plus de détails. D’ores et déjà, plusieurs noms se trouvent sur la liste noire de la présidence.

Le président de la République pourrait même continuer sur la lancée des changements opérés dernièrement dans les corps de sécurité et sanctionner les ministres « défaillants ».

Certaines sources évoquent déjà le nom du Pr Mokhtar Hasbellaoui, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Ce dernier a, faut-il le rappeler, brillé par sa gestion chaotique de l’épidémie de choléra, avec des déclarations contradictoires qui ont alimenté la panique au sein de la société.

Hasbellaoui, Hadjar et Bouazghi…

Outre Hasbellaoui, le président pourrait aussi « sanctionner » le ministre de l’Agriculture, Abdelkader Bouazghi. Ce dernier ne cesse de multiplier les sorties ces derniers jours, histoire de s’imposer sur la scène.

L’autre tête qui pourrait tomber est Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique qui, lui aussi, a soulevé une indignation populaire suite à ses récentes déclarations sur l’université. « Quel intérêt pour notre université d’avoir des Prix Nobel ? », s’était demandé. Des propos qui ont suscité de nombreuses réactions même au-delà des frontières.

Lire aussi: Infirmière tombée d’un ascenseur de l’hôpital Mustapha, la version « très contestable » du directeur du CHU

Input your search keywords and press Enter.