Sunday, April 2019

Hanoune tacle Makri : Parler de consensus est « un piège »

Après un long silence, Louisa Hanoune a parlé. La patronne du Parti des travailleurs (PT), a prononcé, ce lundi 6 août, une allocution à l’ouverture des travaux de la réunion du bureau de wilaya d’Alger. Comme attendu, Hanoune n’a pas raté l’occasion de réagir sur différents sujets d’actualité, notamment l’initiative de consensus du MSP.

Lire aussi: Après le « niet » d’Ouyahia : le pouvoir enterre définitivement  l’offre de Makri

Bien qu’elle refuse d’impliquer le PT dans les affaires internes des autres formations politiques, elle dira quand même que « trop d’initiative, tue l’initiative en elle-même ». Louisa Hanoune a, à cause de la multiplication des propositions de sortie de crise, estimé que « l’on est devant une foire annuelle des initiatives ».

Quant au consensus national, « sa définition est déjà un piège », a-t-elle déclaré, sans pour autant citer le projet de Abderrezak Makri pour lequel le PT a reçu une invitation pour une rencontre. Hanoune s’est interrogée, en effet, « comment un parti qui est arrivé au pouvoir, peut-il trouver un consensus avec un parti d’opposition sur la nature des élections ou du système ? Et comment un parti de droite peut-il partager des positions politiques, sociales et économiques avec un parti de gauche ? ».

Pour le moment, le PT n’a pas répondu à l’invitation du MSP. « C’est au BP qui se réunira prochainement de se prononcer », a précisé Mme Hanoune qui s’attache à son initiative dévoilée le 14 février 2018, visant à regrouper 1,5 million de signatures dans une pétition à adresser au président de la République, pour lui demander d’intervenir et convoquer l’élection d’une Assemblée constituante.

Lire aussi : Louisa Hanoune : «Mais qui a peur de cette Assemblée nationale constituante ? 

« Notre initiative n’est tributaire de l’accord d’aucun chef de parti politique. On a choisi de s’adresser directement au peuple », a-t-elle défendu.

loading...
Input your search keywords and press Enter.