Wednesday, June 2019

Il l’a accusé de corruption et d’agent de la France, Sofiane Djilali dépose plainte contre un député du MSP

Le président du parti Jil Jadid, Sofiane Djilali, a annoncé aujourd’hui dans un communiqué le dépôt d’une plainte contre le député du MSP, Nacer Hamdadouche, suite à des accusations qualifiées de « diffamatoires » et de « mensongères ».

A l’origine de cette « guéguerre », les critiques de Sofiane Djilali à l’égard de la ligne politique du MSP l’accusant de « non constance » dans ses positions. Le  député et membre du secrétariat national du MSP, Nacer Hamdadouche avait répondu violement hier via sa page Facebook. « Dans un long post publié ce samedi 1er septembre sur sa page facebook, le député HMS NacerHamdadouche, ex président du groupe parlementaire, m’a violemment pris à partie avec une série d’accusations et de jugements de valeurs aussi graves les uns que les autres, commettant des diffamations caractérisées à mon encontre », a écrit Sofiane Djilali dans un communiqué parvenu à DMA.

Arrêt du processus électoral en 1992 

Le député du parti présidé par Abderrazak Makri a accusé le président de Jil Djadid d’« avoir participé avec les ‘laïcs éradicateurs’ et les généraux à l’arrêt du processus électoral en 1992 », ajoutant qu’ « il (Sofiane Djilali) entretient des relations douteuses avec le DRS etc.»

Mais les propos les plus graves et qui ont, apparemment, poussé Sofiane Djilali à solliciter la justice sont celles concernant « des anciens allégations d’un ex-cadre de Jil Jadid », l’accusant  d’ « être l’agent de la France ». Des propos, selon le même communiqué, « pour lesquels il a été condamné (l’ex-cadre de Jil Jadid) en première instance par le tribunal de Chéraga et jugement confirmé en appel, par la cour de Tipaza»

Le numéro 1 de Jil Jadid a ainsi annoncé des poursuites judiciaires contre le député du MSP, sans trop y croire à la levée de son immunité parlementaire par le ministère de la justice. Par ailleurs, il défit M. Hamdadouche de « se départir de son immunité parlementaire » et venir l’affronter devant le juge.

Maintenant que « la bagarre à couteaux tirés » est sur la place publique, il est attendu que le président du MSP, Abderrazak Makri, s’exprime sur cette polémique, lui qui a déjà tiré à boulet rouge sur le RCD, sans le citer, pour avoir critiqué son initiative de consensus national.

Input your search keywords and press Enter.