Thursday, December 2018

La surprenante « attaque » de Louh contre Ouyahia

La très attendue sortie du ministre de la justice garde des sceaux, Tayeb Louh, ce lundi a Oran n’a pas apporté de nouveau à la scène politique nationale après les rumeurs d’une éventuelle annonce de la candidature de Bouteflika à un 5ème mandat. Néanmoins, le ministre a brillé par ses attaques contre Ouyahia, sans pour autant le citer nommément.

En effet, Louh a officiellement inauguré  le nouveau siège de la cour d’Oran, une occasion pour lui de s’exprimer sur des sujets d’actualité. La tribune que lui a offert cette sortie à la fois de travail et médiatique, n’a pas servi à annoncer la candidature de Bouteflika à un 5ème mandat comme il été largement relié hier sur les réseaux sociaux, mais à décocher des flèches à l’encontre de son premier responsable dans le gouvernement.

« Dans la dernière loi de finances, des taxes allaient être imposées au simple citoyen, comme la carte d’identité et le passeport. Quand elles sont arrivées au Conseil des ministres, qui les a annulées ? Le président Bouteflika, bien sûr », a déclaré Louh sur un sujet qui n’a pas de relation direct avec l’ordre du jour de sa visite à Oran.

Cette phrase pouvait passer inaperçue si le ministre de la justice n’a pas ajouté une couche, comme pour désigner clairement sa cible. « Il faut rappeler à tous les Algériens et Algériennes que,  sur instructions du président de la République Abdelaziz Bouteflika et conformément à son programme complémentaire dans tous les secteurs, les abus qu’ont subit les cadres de l’État dans les années 1990 ne peuvent en aucun cas se reproduire », a-t-il ajouté dans une attaque à peine voilé en direction de son responsable, Ahmed Ouyahia, sans le nommer. Il faut rappeler qu’Ouyahia traîne une réputation d' »assassin des cadres de l’Etat », suite à une vaste campagne d’emprisonnement des responsables d’entreprises publiques dans les années 90 alors qu’il exerçait le poste de chef de gouvernement sous la présidence de Zeroual. Louh n’est certainement pas revenu jusqu’à cette période pour défendre le bilan de Bouteflika, mais pour fustiger son premier ministre.

Conjoncture politique 

C’est deux phrases « assassines » inaugurent-elles une nouvelle campagne contre Ouyahia après un répit qui n’a duré que quelques semaines ? Les dernières semaines ont vu une parfaite entente entre le chef de fil du gouvernement et les cadres du FLN notamment les ministres. Lors de la destitution de Bouhadja de la présidence de l’APN, le SG du FLN, Djamel Ould Abbès a bénéficié d’un appui total du premier ministre, Ahmed Ouyahia, et de son groupe parlementaire. Il y a à peine quelques mois, le SG du FLN s’en prenait violemment à Ouyahia. Cette fois, c’est Tayeb Louh, également membre influent du comité central du FLN, qui prend Ouyahia pour cible. S’agit-il d’une attaque de la part d’un cadre du FLN ou bien d’un membre du gouvernement? Difficile de trancher, surtout que les relations entre le SG du FLN et le ministre de la justice ne sont pas au top.

Certains vont aller jusqu’à spéculer sur l’avenir d’Ouyahia à la tête du gouvernement à l’approche d’une élection présidentielle qui s’annonce mouvementée. Mais il est trop tôt de trouver des réponses à des questions pareilles dans une conjoncture politique des plus incertaines.

Input your search keywords and press Enter.