Saturday, October 2020

Le Mouvement El Islah réaffirme son soutien à l’amendement constitutionnel

Le président du Mouvement El Islah, Filali Ghouini, a réitéré jeudi à Bouira le soutien de son parti au projet d’amendement constitutionnel qu’il a qualifié d’un « pas important pour l’édification de l’Algérie nouvelle et pour sortir le pays de l’impasse ».

Dans une déclaration accordée à l’APS en marge d’une rencontre au siège de l’Office des établissements de jeunes (ODEJ) de Bouira, M.Ghouini a estimé nécessaire et indispensable d’aller vers l’amendement de la constitution « pour mettre un terme à l’ancien système et adopter une nouvelle Constitution, qui ouvrira les portes vers un avenir meilleur pour le pays », a-t-il dit.

« Notre parti soutient et adhère aux changements constitutionnels opérés et il votera oui pour cette nouvelle constitution, car elle est issue de plusieurs rencontres de consultation auxquelles nous avons participé avec une série de propositions, dont plusieurs ont été prises en considération », a expliqué M. Ghouini.

Le patron du mouvement El-Islah a réitéré que son parti n’a « aucun souci » pour les articles relatifs à l’identité nationale, dont la constitutionnalisation de la langue amazighe, tout en se disant « satisfait » des amendements apportés, et qui, a-t-il dit, « mèneront l’Algérie vers de nouveaux horizons ».

Il a salué, notamment, les changements apportés pour renforcer la séparation des pouvoirs (instances législatives, instances exécutives) et l’indépendance de la justice, ainsi que la limitation des mandats présidentiels pour assurer l’alternance au pouvoir.

« La nouveauté dans cet amendement constitutionnel est la garantie contenue dans des articles qui obligent toutes les institutions de l’Etat de respecter le dossier des droits et libertés », s’est réjoui M. Ghouini.

« Cette garantie s’est vite traduite par les facilitations administratives accordées aux citoyens pour créer des associations », a-t-il relevé.

La création d’un observatoire national de la société civile comme organe consultatif placé auprès du président de la République pour faire participer la société civile dans la prise de décision, est un autre élément, qui renforce cette garantie », a souligné le président d’El Islah.

Le même responsable a, en outre, qualifié l’amendement de la constitution de « nécessité nationale », car a-t-il dit, « il porte sur l’intérêt suprême du pays. son adoption ouvrira la voie pour aller vers une Algérie nouvelle », a conclu M. Ghouini.

Input your search keywords and press Enter.