Tuesday, November 2020

Malgré le fiasco des consultations de Bensalah, les élections du 4 juillet maintenues

La rencontre avec les partis politiques et la société civile qui a eu lieu aujourd’hui à Club des Pins à Alger initiée par le chef de l’Etat Abdelkader Bensalah a été un véritable fiasco. Même les chefs du parti du pouvoir n’ont pas assisté.

Le salle était quasi vide, ou les consultations de Bensalah ont été boudé par la classe politique et les personnalités même celles proches du pouvoir. Le MPA et TAJ ont boycotté, le FLN et le RND ont envoyé des sénateurs ou des députés pour les représenter. Le chef de l’Etat lui-même n’a pas assisté ni présidé et a préféré mandater le SG de la présidence pour gérer les travaux.

Aainsi, le Secrétaire général de la Présidence de la République, Habba El-Okbi a affirmé que les consultations lancées par le Chef de l’Etat avec les partis politiques et les personnalités nationales « se poursuivront » jusqu’à l’élection présidentielle qui « se tiendra dans les délais constitutionnels », le 4 juillet prochain. Et d’ajouter : cette élection « est consacrée dans la Constitution », a déclaré le SG de la Présidence.

La rencontre de concertation tenue au Palais des Nations (Club des Pins-Alger) a été consacrée aux mécanismes de création d’une instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l’organisation des élections.

Répondant à une question relative aux partis qui ont boycotté cette rencontre, M. El-Okbi a fait savoir que la Présidence « a invité tout le monde aux consultations sur une question d’une extrême importance », estimant que l’opposition « a sa propre logique ».

Les déclarations du SG de la présidence montrent bien qu’il y a une tendance au sein du pouvoir qui veut maintenir la date des élections présidentielles pour le 4 juillet prochain malgré le refus populaire et le fiasco des consultations.

Face à cet entêtement de ne pas vouloir entendre la rue, il est clair qu’un partie du pouvoir veut pousser à la impasse si ce n’est pas déjà le cas.

Reste à savoir si les décideurs de ce pays peuvent mettre de coté les guerres de clans et élaborer un projet de transition pour une nouvelle république voulue par le peuple avec le préalable de départ des symboles du régime.

Input your search keywords and press Enter.