Saturday, July 2019

Mouvement de protestation des militants du RND réclamant le départ du SG du parti

Des dizaines de militants du Rassemblement national démocratique (RND) ont organisé, samedi, un mouvement de protestation devant le siège national du parti à Ben Aknoun (Alger) pour revendiquer le départ de leur secrétaire général, Ahmed Ouyahia.

Les militants, à leur tête, l’ex porte-parole officiel du parti Seddik Chihab se sont rassemblés devant le siège du RND pour réclamer le départ de leur secrétaire général, Ahmed Ouyahia, brandissant des banderoles sur lesquelles était écrit « Ouyahia dégage » et « Votre maintien à la tête du parti hypothèque son avenir ».

En réaction à ce mouvement de protestation, un communiqué a été rendu public par le RND fustigeant cette action et affirmant « la régularité de la décision prise à l’encontre de l’ex-secrétaire de la wilaya d’Alger du parti » (Seddik Chihab).

Qualifiant d' »anarchique », « l’attitude du dénommé Seddik Chihab, ex-secrétaire général de wilaya exclu », le RND accuse dans son communiqué ce dernier de « payer les services d’une cinquantaine de personnes pour se rassembler devant le siège du parti, affirmant même « qu’il s’agit de personnes étrangères au parti venues d’Alger et d’autres wilayas ».

M.Ouyahia avait mis fin aux fonctions de Seddik Chihab, en tant que porte-parole officiel du parti et secrétaire du bureau RND de la wilaya d’Alger suite aux « agissements insurrectionnels de M. Seddik Chihab au niveau des structures du parti dans la Wilaya d’Alger, après avoir fait des déclarations contraires aux positions politiques du RND ».

Le conseil de la wilaya d’Alger avait jugé, lors d’une réunion tenue le 3 avril, sous la présidence de Seddik Chihab, impératif d’être « en adéquation » avec les évènements en cours sur la scène nationale et de « revoir la composante humaine de la direction du parti pour être au diapason de la conjoncture actuelle ».

En outre, une instance dissidente, constituée essentiellement de membres exclus du conseil national et de cadres « marginalisés », avait exigé, la semaine dernière dans un communiqué, « le départ immédiat d’Ouyahia » et appeler le conseil national du parti à « adhérer au processus en marche pour l’organisation d’un congrès national extraordinaire rassembleur ».

En réponse, le RND a affirmé que le groupe « qui prétend préparer la tenue d’un congrès extraordinaire » pour écarter le Secrétaire général, Ahmed Ouyahia, « est, majoritairement, composé de personnes qui ne sont pas membres au Conseil national ».

Une mouture de soutien à M. Ouyahia en qualité de Secrétaire général du RND a été signée récemment par 337 membres sur 424 membres du Conseil national du parti, soit plus de deux tiers de cette instance souveraine entre deux Congrès », a rappelé le communiqué.

Le communiqué a évoqué également l’article 26 des statuts du parti qui stipule que « le Congrès se réunit en session régulière tous les cinq ans, et peut être tenir une réunion extraordinaire sur convocation du Secrétaire général ou des deux tiers des membres du Conseil national » et l’article 31 qui stipule que « le Secrétaire général est élu par le Congrès pour un mandat de cinq ans renouvelables, un mandat qui relève de l’autorité exclusive du Congrès ».

Input your search keywords and press Enter.