Mouwatana dévoile son plan de sortie de crise

Le mouvement Mouwatana a dévoilé ce samedi, lors d’une conférence de presse animée au siège du parti Jil Jadid à Alger, ses propositions de sortie de crise.

Appelé « Résolution politique », le document révélé contient une série de démarche à suivre pour sortir le pays des crises qui le secouent depuis des années.

Le mouvement plaide en premier lieu pour un renoncement au cinquième mandat ou au plongement du 4è mandat du président de la République avant d’organiser des élections présidentielles libres et transparentes.

Pour Mouwatana il n’y a aucune autre solution viable et raisonnable en dehors du départ de l’actuel Président et des hommes dont il s’est entouré avec lesquels il a édifié son régime.

« Du point de vue de la Nation, l’interminable règne de cet homme aura été extrêmement couteux tant au plan de la gouvernance – erratique, médiocre et inefficace- mais plus encore au plan moral, la vertu ayant été remplacée par le vice comme principe de fonctionnement de l’Etat ! », lit-on dans le document de l’organisation.

Relance socio-économique

Après l’organisation d’une élection présidentielle libre et transparente, le président élu mettra en place un gouvernement d’union nationale pour gérer le quotidien et préparer les conditions idoines pour une véritable relance socio-économique, propose la même source.

L’étape suivante constitue la mise en place d’un processus constituant avec l’ensemble des partenaires politiques et de la société civile pour aboutir à une Constitution répondant aux attentes du pays (une Constitution modèle sera proposée par Mouwatana).

Cette Constitution devrait valider un régime semi-présidentiel plus équilibré, avec un gouvernement responsable face aux élus du peuple, un pouvoir judiciaire indépendant de l’exécutif et des contre-pouvoirs sérieux, avec une cour constitutionnelle indépendante. Elle devra être approuvée par le peuple lors d’un référendum, recommande le mouvement.

Libertés publiques

Ce dernier préconise la révision des lois touchant aux libertés publiques, aux médias, aux partis politiques, aux élections en fonction des nouvelles données.

« Les nouvelles institutions devront être élues sous l’égide d’une commission électorale indépendante de l’exécutif et ayant la haute main sur l’ensemble du processus. La fin du mandat présidentiel laissera place à une véritable compétition politique concernant cette fois-ci les programmes et les visions politiques », peut-on lire dans les résolutions.

En plus de la résolution politique, l’instance de coordination de Mouwatana a voté une nouvelle direction pour le mouvement. Coordinateur National : Soufiane Djilali, porte Parole : Zoubida Assoul, vice Coordinateur chargé des relations extérieurs : Ali Benouari et enfin, vice Coordinateur chargé de la société civile et des libertés : Abdelghani Badi.

Notons que les services de la wilaya d’Alger n’ont pas donné une suite à la demande d’autorisation de la tenue de cette conférence dans un espace public. Ses organisateurs ont été contraints de délocaliser, à la dernière minute, le lieu de conférence au siège de parti Jil Jadid.

Input your search keywords and press Enter.