Thursday, October 2020

Pourquoi l’Algérie a convoqué l’ambassadeur de la France à Alger ?

L’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, a été convoqué, mardi 31 mars, par le ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum. Ce dernier lui a fait part des « vives protestations » de l’Algérie à la suite de « propos mensongers, haineux et diffamatoires » tenus récemment sur un plateau d’une chaîne de télévision publique française, France 24 en français, indique un communiqué du ministère.

« Tout en demandant à l’ambassadeur de France en Algérie de porter ces protestations aux plus hautes autorités de son pays, le ministre des Affaires étrangères a déploré que cette chaîne persiste dans son dénigrement systématique de l’Algérie au moment où tous les efforts doivent converger vers la lutte contre la pandémie du COVID-19 », souligne la diplomatie algérienne.

L’ambassade d’Algérie à Paris « a été instruite à l’effet d’intenter une action en justice contre cette chaîne de télévision et l’individu auteur des propos injurieux à l’égard de l’Algérie », conclut la même source.

Lors d’un des journaux de France 24, le chercheur du Centre de relations internationales à Barcelone, Francis Ghilès, a déclaré : « L’aide médicale chinoise a été envoyée à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja », laissant entendre que l’aide n’était destinée qu’aux décideurs.

Il a également affirmé que la grande mosquée, dont la réalisation a été confiée au groupe chinois CSCEC, « a coûté dix milliards de dollars ».

Ses propos ont été largement repris et commentés sur les réseaux sociaux.

Mensonge à 100%

Interrogée par le site d’informations TSA, l’ambassade de Chine a démenti ces allégations : « Ce qu’a dit le chercheur est un mensonge à 100 %. L’équipe médicale chinoise arrivée vendredi à Alger a été envoyée par le groupe CSCEC. Elle est venue pour aider les employés chinois et algériens des sociétés chinoises présentes en Algérie dans la lutte contre le coronavirus. Elle va partager son expérience avec les Algériens. Cette équipe n’est pas partie à l’hôpital de Aïn Naâdja, et elle n’a pas été envoyée par le gouvernement chinois. »

Dans un post Facebook, l’ambassade de Chine explique que la « société CSCEC a offert à l’Alger son premier don de matériels médicaux, composé de 500 000 masques chirurgicaux, 500 00 masques médicaux de type N95, 2 000 blouses médicales de protection, couvre-visages, gants médicaux et respirateurs, à l’Algérie ».

L’ambassade de Chine à Alger s’est dite « profondément choquée » et a condamné « fermement » les propos du chercheur, parlant de « propos mensongers, haineux, diffamatoires et pleins d’ignorance ».

« Le gouvernement et le peuple chinois gardent toujours à cœur les aides précieuses des pays amis comme l’Algérie dans la lutte chinoise contre le COVID-19. Maintenant, c’est au tour de la Chine de fournir des soutiens et des aides », ajoute-t-elle.

L’Algérie avait envoyé des aides à Pékin, son partenaire stratégique et historique, au début de la crise sanitaire en Chine.

Input your search keywords and press Enter.