Tuesday, April 2021

Présidentielle : Pourquoi l’opposition n’aura pas son candidat unique

Ce mercredi 20 février, au siège du FJD d’Abdallah Djaballah, des acteurs de l’opposition et candidat à la présidentielle se réuniront pour débattre de la possibilité de présenter un candidat unique.

Parmi les personnalités annoncées figurent Ali Ghediri, Abderrezak Makri et Ali Benflis, en plus de Karim Tabbou, d’Abdelaziz Rahabi ou encore Tahar Benbaibeche. Jusqu’à présent, Djaballah, président d’El Adala, est optimiste, expliquant que l’ensemble des acteurs rencontrés individuellement lors des consultations qu’il a menées, étaient d’accord.

Pourtant, à voire la réalité du terrain, il est difficile de pronostiquer une réussite de cette réunion. Et pour cause, entre les candidats déjà déclarés, l’on n’est pas prêt de faire des concessions. Ali Ghediri qui se présente en candidat libre se voit en celui qui peut mener la locomotive. « Ou c’est moi ou c’est le régime », avait-il déclaré lors de son passage au forum Liberté.

« Ghediri ne représente pas l’opposition »

Au sein du MSP, on voit mal un ex-général mener le train de l’opposition. Pour Bouabdellah Bendjaïmia, « Ali Ghediri ne représente pas l’opposition ». « Nous sommes prets à faire des concession pour la réussite de l’initiative d’un candidat unique, s’il y a consensus sur un programme et une vision. Mais, nous n’acceptons pas pour un candidat parachuté », a déclaré à DMA, le chargé à la communication du MSP. Il rappelle que « jusqu’à 2015, Ghediri faisait partie du système. Il n’est que depuis quelques semaines sur la scène politique », soutenant que « la vraie opposition, c’est le FFS qui lutte depuis 1962, le RCD, le PT de Louisa Hanoune, le MSP et Benflis… ».

Leadership

Ne serait-ce que pour cette rivalité Makri-Ghediri, l’idée d’un candidat unique de l’opposition est vouée à l’échec. Sans parler de Ali Benflis, président de Talaie El Hourriyet, qui, aussi, peut s’opposer à tout candidat unique de l’opposition, autre que lui.

Ce mercredi, Abdallah Djaballah n’aura pas la mission aisée. D’abord, faudrait-il qu’il y est présence de tous les acteurs. Abderrezak Makri a prévu, le même jour, une conférence de presse au siège de son parti, pour dévoiler son programme électoral. Est-ce une façon de faire faux bond au rendez-vous de Djaballah ? La question se pose.

Input your search keywords and press Enter.