Monday, May 2021

Tourisme, des députés du Sud corrigent Ouyahia

Les propos du Premier ministre sur le maintien des restrictions sur le tourisme dans le Sud pour des raisons sécuritaires ont fait réagir un groupe de députés de cette partie du pays. Huit (08) élus à l’Assemblée populaire nationale (APN), ont appelé Ahmed Ouyahia à rectifier le tir et travailler plutôt à ouvrir les barrières et encourager la venue de touristes étrangers et locaux pour soutenir l’économie nationale.

Bien que les députés du FLN issus du Sud ne soient pas signataires de « la lettre ouverte », rapporte ce mercredi 19 avril le journal El Khabar, il n’en demeure pas moins les initiateurs représentent des partis du pouvoir. Deux de TAJ, un du MPA et un autre d’El Karama. Les quatre autres appartiennent au Front El Moustakbel, le Parti de la jeunesse, le FNL et aux indépendants.

Contrevérité

« Ces déclarations contredisent la vérité et nient les efforts des éléments de l’ANP et autres forces de sécurités mobilisés tout le long des frontières, en application des orientations du président de la République », écrivent les députés qui disent « regretter » la réponse d’Ouyahia sur le sujet.

« Dans la situation actuelle, une seule opération d’enlèvement de touristes (dans le Sud) va détruire à néant l’effort de vingt ans », avait, pour rappel déclaré le 14 avril dernier, le Premier ministre, soutenant que l’Etat « ne va pas laisser tomber la vigilance ».

« Ouvrez les barrières » !

Cette vision, ajoutent les rédacteurs de la lettre, « sont en opposition avec le programme du gouvernement qui mise sur le tourisme comme alternative pouvant contribuer à renflouer le trésor public en devise ». Pour eux, des pays voisins vivant un contexte sécuritaire plus grave tels que l’Egypte et la Tunisie, se permettent d’attirer des millions de touristes chaque année.

D’où leur appel à « corriger les choses », à « libérer la voie aux agences touristiques et à ouvrir les barrières fermées pour attirer des touristes étrangers et locaux ». Il n’y a pas de danger, estiment les députés, puisque « les zones touristiques sont sécurisées et se trouvent à 500 km des frontières ».

Input your search keywords and press Enter.