Monday, November 2018

CHU de Tizi-Ouzou : Les médecins internes quittent les gardes et marchent aux cotés des résidents jusqu’à la fac  

Les médecins internes du Centre hospitalo-universitaire (CHU), Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou, ont décidé d’arrêter les gardes, emboitant le pas à leurs ainés résidents. Les internes considèrent qu’« ils sont toujours en formation et n’ont de ce fait pas les compétences pour assurer le service durant les gardes », explique le Dr Boussad Nehlil, un des délégués du Camra du même CHU.

Ce mercredi 9 mai, les médecins internes ont organisé une assemblée générale pour « confirmer l’arrêt des gardes  décidé il y a trois jours ». Ils dénoncent, par ailleurs, « l’insécurité qui règne à l’hôpital », surtout après une agression caractérisée contre une de leur collègue en début de semaine.

Médecins résidents et médecins internes, ont par la suite organisé une marche qui s’est ébranlée du CHU, jusqu’à la faculté de médecine de l’Université Mouloud Mammeri.

Situation chaotique  

Sur un autre plan, les médecins généralistes affiliés au SNPSP, notamment ceux de la périphérie qui continuent de recevoir des ordres de réquisition pour parer au manque des résidents durant les gardes au CHU, ont observé ce matin un sit-in devant le siège de la DSP de wilaya. Ils dénoncent le caractère « injustifié et illégal » de cette démarche.

Désormais, il ne reste que les médecins assistants pour faire fonctionner le service durant les gardes. La situation au CHU de Tizi-Ouzou est chaotique. la direction de l’hôpital est prise de panique surtout que cet établissement subit une pression énorme vu le nombre des malades transférés des wilayas limitrophes.

Input your search keywords and press Enter.