Sunday, September 2020

Covid19-1e nuit de confinement partiel à Constantine: respect strict de la mesure (vidéo)

Pour cette première nuit de confinement partiel, appliqué depuis hier à Constantine, les citoyens semblent respecter scrupuleusement cette mesure préventive pour faire face à la propagation du Covid-19.

En effet, le centre ville, habituellement encombré par une circulation dense offre un paysage inédit avec ses rues clairsemées.

Une patrouille de police, traversant l’artère principale de la ville, le boulevard Mohamed-Belouizdad annonce par haut-parleur l’heure H du confinement et lance un appel aux citoyens les incitant au respect strict de ces mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus (Covid-19).

A quelques encablures de là, au quartier Coudiat, devant le siège du commissariat central, officiers et cadres de la police, à leur tête, le chef de sûreté, Abdelkrim Ouabri s’apprêtent à faire une tournée pour contrôler le dispositif mis en place par ce corps constitué pour veiller au respect des mesures de confinement partiel.

Lire aussi: Covid 19: 45 nouveaux cas confirmés, dont 03 décès et 02 nouvelles guérisons en Algérie
A 19h15, en ce froid glacial qui enveloppe la ville, voitures et fourgons de la police traversent le quartier du Coudiat pour rejoindre la rue Abane Ramdane, les représentants de la presse sont conviés à cette tournée.

Les rues Benmeliek Abderahmane, Chettab Allel, Mohamed-Belouizdad, Fitzgerald- Kennedy et le boulevard Rabeh Bitat, accessibles depuis le rond –point Abane Ramdane sont déserts, un calme sans précédent s’est abattu sur le centre ville, les constantinois semblent respecter scrupuleusement les mesures.

Le cortège observe une halte devant le barrage de contrôle dressé par la police dans ce point névralgique de la cité avant de redémarrer en direction du boulevard Aouati Mostefa (trik Stif). Le silence est de plomb dans cette rue. Seuls les agents de l’ordre veillent à la stricte application de la mesure du confinement.

A la périphérie Ouest de la ville, à l’immense cité Boussouf, le même décor est reproduit, la cité s’est engourdie, chacun tente de s’adapter avec plus ou moins de rigueur.

« Restez chez vous », le mot d’ordre de la police

Tout au long du trajet vers la cité Boussouf, des patrouilles de police, croisées au quartier kouhil Lakhdar, à la cité Mimosas, ou encore en allant vers la cité Fédela Saadane et ses prolongements, rappellent inlassablement, via le haut parleur, le mot d’ordre: « restez chez vous. Respectez les consignes, c’est la seule manière pour se prémunir du Covid-19 », martelaient les forces de l’ordre.

Pour les nombreux policiers, rencontrés par l’APS, aux points de contrôles dressés un peu partout dans la ville, « la prévention complète la répression ».

Pour le chef de sûreté, Abdelkrim Ouabri, il est « impératif » de faire respecter cette mesure de confinement.

Le responsable, saluant la prise de conscience citoyenne face à cette épidémie, a relève que ses services veilleront « au respect strict » des mesures de confinement.

Les déplacements sont désormais interdits entre 19h et 7h du matin, à quelques exceptions près, et avec des autorisations de sorties, souligne-t-on.

Des centaines de brigades piétonnes et mobiles de la police sont mobilisées à Constantine, au chef lieu de wilaya comme dans les onze autres daïras et veillent au contrôle et au respect du confinement.

De retour au centre ville, à 21 heures, l’on signale quelques « indisciplines » de ces premières heures de confinement. Des automobilistes circulent encore et avancent aux contrôleurs divers prétextes. Les permis de conduire sont systématiquement retirés. Les contrevenants sont invités à se présenter le lendemain au commissariat de police pour compléter les procédures d’usage.

Depuis la confirmation, il y a quelques jours d’un premier cas de coronavirus dans la wilaya de Constantine, la population semble prendre davantage de conscience quant à l’importance du respect des gestes barrières, en évitant les regroupements et de sortir de chez eux, sauf nécessité extrême, « le temps que ce nuage se dissipe et ce virus contagieux passe », ne cesse-t-on de le répéter.

Input your search keywords and press Enter.