Wednesday, April 2021

Djamel Belmadi face à la presse, loin des spectacles de Rabah Madjer

C’est un style qui tranche avec celui de son prédécesseur, Rabah Madjer. Pour sa première apparition médiatique lors de la conférence de presse d’aujourd’hui, Djamel Belmadi, nouveau coach des verts, a assuré et a démontré des capacités de communication en mesure de réconcilier la presse avec le staff de l’équipe nationale.

Arrogance et pression de la presse

Dans une opération de communication réussie, le coach des verts est resté modeste contrairement aux coups de théâtre débordant  d’orgueil de son prédécesseur qui a réussi à réunir les algériens contre lui. A ce titre, il a refusé de critiquer les anciens entraîneurs des verts en indiquant que « ce serait arrogant de dire que ceux qui m’ont précédé sont mauvais ». Sur une autre question relative à sa nomination à la tête du staff technique des verts alors qu’il ne figurait pas dans la short-liste de Zetchi, Belmadi ne semble pas offusquer le fait que la FAF l’a recruté après l’échec des négociations avec d’autres noms. «Même si j’avais été un plan Z, ce n’est pas un problème, je n’ai pas d’orgueil par rapport à ça », a-t-il répondu. Cependant, il a dévoilé qu’il a eu juste « un demi-contact Avec la FAF » en octobre dernier. Un style de réponse qui dénote d’une prédisposition à résister face à la pression d’un public impatient. « Je suis jeune. J’ai déjà été sélectionneur d’un pays certes plus petit mais il y avait de la pression aussi. La pression de la presse ne rentre pas en compte dans mon choix de prendre un poste mais il faut la gérer. Vous avez un pouvoir vous la presse mais n’en abusez pas », a-t-il déclaré.

Clivage entre les joueurs locaux et pros  

« Il n’y a pas d’équipe type aujourd’hui et la liste élargie sera donnée demain », a annoncé Belmadi. Pour ce qui est de la sélection des joueurs, le coach des fennecs a mis deux conditions à savoir le talent et la détermination. « J’irai voir Les bons joueurs où ils sont », rassure-t-il avant d’ajouter ; « Tous ceux qui ont une détermination à 200% m’intéressent ».

Sur le clivage entre les joueurs locaux et ceux évoluant à l’étranger, qui a tant empoisonné la période Madjer,  il a montré une fermeté sans égal en affirmant que ce débat doit s’arrêter.

CAN 2019 et discipline

Si Belmadi se concentre sur la qualification à la CAN 2019, il ne cache pas ses ambitions. « Peut être que j’ai tord et que je suis fou mais moi je vais dire aux joueurs que je veux gagner la CAN 2019 », a-t-il tonné. Un titre que Madjer voulait aussi.

En ce qui concerne la question disciplinaire après les tensions qui ont eu lieu entre Madjer et certains joueurs à l’image de Taider, Belmadi répond avec prudence. « Moi je vais redistribuer les cartes. Je pense que sous ma conduite il n’y aura pas d’écarts disciplinaires. Je n’ai pas évoqué l’aspect disciplinaire avec la FAF mais il faut un code de bonne conduite », a-t-il ajouté.

Input your search keywords and press Enter.