Sunday, October 2020

Khaldi s’exprime sur le rôle de la jeunesse dans les affaires politiques (vidéo)

Trop longtemps marginalisée, gardée en dehors du pouvoir de décision pour ce qui concerne sa pleine contribution à la gestion des affaires du pays, la jeunesse Algérienne va-t-elle enfin avoir droit au chapitre lorsqu’il s’agira pour elle de dire son mot et de s’impliquer concrètement dans la construction de celui-ci ?

Si l’on en croit le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, les choses sont en train de changer dans le bon sens puisque, déclare-t-il, cette partie de la Nation sera désormais considérée comme « un partenaire à part entière du processus d’édification de la Nouvelle République ».

Intervenant, lundi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne, celui-ci considère que le contexte politique actuel implique l’élaboration d’une véritable politique au profit de cette importante frange de la population qui, reconnait-il, a toujours été le « parent pauvre » du ministère dont il assume présentement la charge.

Aux fins de se rapprocher des préoccupations de cette dernière, le ministre annonce la mise sur pied d’un Plan national jeunesse s’articulant autour de cinq axes, portant respectivement sur la formation, l’emploi et le partenariat, la santé, l’accès à la culture et aux loisirs et l’implication de cette frange de la société à la gestion des affaires publiques.

Pour M. Khaldi, l’objectif premier du Plan national jeunesse est de remettre en cause la « vision étriquée » tendant à confiner les jeunes dans les loisirs et « le folklore ». Aujourd’hui, reprend-il, les jeunes aspirent à participer à la gestion des affaires publiques, un aspect dont il observe qu’il constitue la « toile de fond » de ce plan.

Concernant cet aspect en particulier, il tient à dire que si, lors d’un certain 22 février, les jeunes se sont soulevés, c’est parce que, souligne-t-il, ils aspiraient avant tout à être entendus et à avoir une part active à l’édification de leur pays.

Afin que la population juvénile fasse sien ce projet, l’invité signale qu’une concertation sous la forme d’un Forum numérique avait été organisée durant le mois de Ramadhan, « un espace de dialogue et de débats », dont il indique qu’il a permis de traiter d’un grand nombre de points, repris lors de l’élaboration du Plan national jeunesse. Il annonce que celui-ci va faire l’objet d’une évaluation plus poussée, lors d’un Conseil supérieur de la jeunesse réunissant les collectifs de jeunes de l’ensemble du pays, avant d’être soumis au gouvernement.

Lors de son intervention, le ministre en vient à s’exprimer sur les Maisons de jeunes « des coquilles vides », dont il promet que le fonctionnement est appelé à être réformé en profondeur, avec comme finalité d’en faire des « espaces d’expression de citoyenneté » et d’éclosion de talents.

Lors de son intervention, le ministre juge, en outre, utile de rappeler que le projet de refonte de la Constitution énonce « pour la première fois » que l’État « encourage la participation de la jeunesse à la vie politique et publique », une première, relève-t-il, dont on ne peut que se réjouir.

Input your search keywords and press Enter.