Monday, November 2020

le CSC recevra au stade Benabdelmalek Ramdane la saison prochaine

Le CS Constantine, pensionnaire de la Ligue 1 algérienne de football, recevra ses adversaires au stade Benabdelmalek Ramdane au lieu de Chahid-Hamlaoui, en vue de la saison prochaine 2020-2021.

Sur les ondes de la radio nationale, le directeur général du club Rachid Redjradj a indiqué vendredi : »La décision a été prise, nous recevrons nos adversaires la saison prochaine au stade Benabdelmalek Ramdane d’une capacité de 11.000 places, seulement, les autorités locales doivent trouver une solution concernant l’éclairage et la nécessité de doter cette enceinte d’une tribune de presse ».

Le stade Chahid-Hamlaoui de Constantine, a été fermé le 11 mars dernier en raison de la dégradation de sa pelouse, amenant le CS Constantine à déménager au stade Benabdelmalek Ramdane.

L’enceinte de Chahid-Hamlaoui fera également l’objet d’un projet de réhabilitation, sur trois opérations, en vue du Championnat d’Afrique des nations CHAN-2022, compétition réservée aux joueurs locaux.

Interrogé sur la nomination officielle jeudi de l’entraîneur Abdelkader Amrani, dont il s’agit d’un retour aux sources, le directeur général du CSC, a encensé le technicien, qui avait mené le club constantinois au deuxième titre de son histoire en 2018.

« Après plusieurs semaines de négociations, nous avons pu enfin finaliser avec Amrani jeudi, en signant un contrat de deux saisons.

C’est un entraîneur qui n’est plus à présenter, et qui va certainement permettre au club d’amorcer son renouveau et jouer les premiers rôles ».

Concernant une éventuelle reprise de la compétition, suspendue depuis le 16 mars en raison de la pandémie de nouveau coronavirus (COVID-19), Rachid Redjradj a plaidé pour une relance du championnat.

« Le CSC est favorable à la reprise, d’autant plus que notre objectif est de terminer la saison sur le podium, nous avons les moyens nécessaires pour appliquer le protocole sanitaire. Il y’a plusieurs clubs qui n’ont pas les moyens, nous comprenons leur position. Il est temps que les pouvoirs publics se prononcent sur l’avenir de la compétition », a-t-il conclu.

Input your search keywords and press Enter.