Saturday, July 2020

Ligue 1: les entraîneurs partagés sur la reprise du championnat

Des entraîneurs de la Ligue 1 de football ont livré des avis partagés sur une éventuelle reprise du championnat, suspendu depuis mi-mars en raison de la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19), deux jours après la décision prise par le Bureau exécutif de la Fédération algérienne (FAF) de relancer la compétition dès la levée du confinement.

« Je suis contre la reprise, alors que nous n’avons pas les moyens pour faire face à la situation sanitaire actuelle. Les responsables du football auraient dû privilégier la santé publique. Le football n’est qu’un jeu, ce sera difficile de reprendre », a indiqué à l’APS l’entraîneur de l’USM Alger, Mounir Zeghdoud.

En attendant l’accord du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), la FAF a décidé, dimanche au cours de la réunion du Bureau fédéral (BF), de maintenir la feuille de route initialement établie le 30 avril dernier, qui consiste à poursuivre le reste de la saison 2019-2020 des Ligues 1 et 2 sur une période de 8 semaines, après une période de préparation de 5 à 6 semaines, quelle que soit la date qui sera arrêtée par les pouvoirs publics.

S’ensuivra une phase de repos total d’au moins une semaine aux joueurs puis une autre active d’un mois qui amorce le début de la période d’enregistrement. Ce n’est qu’après cette phase que la nouvelle saison débutera à une date à arrêter ultérieurement.

« Sur le plan de la méthodologie du sport, rejouer après quatre mois et demi, ou même plus, sera très difficile. Il y aura 5 à 6 semaines de préparation, il faudra d’abord effectuer un travail psychologique énorme pour remobiliser les troupes, d’autant plus que les joueurs ont perdu tout envie de retaper dans le ballon. Ce n’est pas évident, surtout qu’une éventuelle reprise sera en plein été, ce qui sera insupportable avec la chaleur », a ajouté Zeghdoud.

L’ancien défenseur international a relevé en outre le risque de contagion en cas de reprise : « C’est difficile de contrôler les joueurs, ils seront en contact permanent avec le monde extérieur, ce qui risque d’augmenter les chances de contamination au sein de l’équipe. Franchement, la compétition n’a plus de goût. Au début, j’étais pour l’idée de reprendre la compétition, histoire de boucler le championnat tant bien que mal, mais la situation a changé ».

De son côté, l’entraîneur du MC Oran, Mecheri Bachir, s’est dit favorable à l’idée de retrouver l’ambiance de la compétition, mais en respectant « avec rigueur » les consignes de prévention et les gestes barrières.

« Je pense que la FAF a pris la bonne décision, d’autant qu’il reste encore huit matchs à disputer avant la fin de la saison, ce qui est énorme sur le plan sportif. Tout pourra basculer d’ici à l’épilogue, que ce soit en haut ou bien en bas du classement. Pour le MCO, nous avons toujours nos chances de terminer parmi les quatre premiers », a-t-il souligné.

Pour Bougherara, « la logique dit qu’il faut arrêter »

Selon le coach des « Hamraoua », l’ensemble des clubs « devront impérativement se soumettre aux mesures sanitaires de prévention pour éviter toute contagion. J’admets que la reprise ne sera pas facile, nous aurons à suivre un protocole strict jamais adopté auparavant, mais nous devons faire avec, face à cette situation, même si nous n’avons pas les gros moyens des pays européens ».

« Les joueurs étaient motivés au début du confinement et s’entraînaient régulièrement en solo, mais ils ont fini par perdre toute motivation par la suite. Il faudra tout un travail psychologique pour remobiliser le groupe », a-t-il enchaîné.

Pour sa part, l’entraîneur de l’AS Aïn M’lila, Lyamine Bougherara, a estimé qu’il aurait été préférable de suspendre définitivement la saison, dans le but de préserver la santé de tout le monde.

« J’aurais aimé entendre parler d’une suspension définitive du championnat, la santé du joueur en particulier et du citoyen en général est plus importante. La logique dit qu’il fallait arrêter, même si sur le plan sportif, l’ASAM reste en course pour terminer à une place qualificative à une compétition internationale ».

Arrivé sur le banc de l’ASAM en janvier dernier en remplacement d’Azzedine Aït Djoudi, l’ancien gardien international a relevé la difficulté de reprendre en pleine période de fortes chaleurs.

Lire aussi: Covid19-Championnat d’Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise
« Si le confinement sera levé le 13 juin, la reprise de la compétition se ferait vers la fin de juillet ou au début d’août, ce qui sera difficile sur le plan physique, en pleine période de fortes chaleurs. En plus, plusieurs stades de l’élite, dont celui d’Aïn M’lila, ne sont pas dotés d’éclairage, ce qui veut dire que les matchs seront programmés en diurne. Ce sera vraiment insoutenable », a-t-il expliqué.

Selon Bougherara, « la majorité des joueurs du club habitent loin d’Aïn M’lila, ce qui va impliquer la nécessité de leur assurer la nourriture. Or, nous ne savons pas encore si les restaurants seront rouverts d’ici à la reprise ».

Avant de conclure : « Nous n’avons pas les moyens des pays européens. Il est primordial d’effectuer des tests de dépistage réguliers pour éviter toute mauvaise surprise. Je m’interroge vraiment si nous pourrons assurer ces tests dans l’optique d’une reprise dans de bonnes conditions ».

L’ensemble des compétitions et manifestations sportives, toutes disciplines confondues, sont suspendues en Algérie depuis le 16 mars dernier et ce jusqu’au 13 juin, en raison de la propagation du COVID-19.

Avant la suspension du championnat de Ligue 1, le CR Belouizdad occupait la tête du classement avec 40 points, devançant de trois longueurs ses deux poursuivants directs, l’ES Sétif et le MC Alger. Le Chabab et le « Doyen » comptent un match en moins.

En Ligue 2, l’Olympique Médéa domine la compétition avec 42 points, soit deux de plus que son dauphin la JSM Skikda.

Input your search keywords and press Enter.