Automobile : ce qu’ont dit Tahkout et le responsable de « KIA Algérie » au ministre du commerce

Les patrons de deux usines de montage automobile en Algérie ont eu l’occasion de s’exprimer sur leur projet avec le ministre du commerce, Said Djellab, aujourd’hui lors de l’ouverture du marché des produits locaux à Alger. Il s’agit du patron de Cima Motors, Mahieddine Tahkout, et du Pdg de KIA Algérie.

En effet, le patron de Cima Motors, M. Tahkout, propriétaire de l’usine d’assemblage des voitures Hyundai, a répondu à une question relative à la marge du groupe par rapport au prix de vente. A ce titre, Tahkout a déclaré que son entreprise exerce une marge de 12% de bénéfice sur les voitures assemblée en Algérie.

Cette déclaration d’un des patrons engagés dans l’assemblage des véhicules en Algérie intervient en plein polémique enclenchée suite à la publication des prix de sortie d’usine des voitures assemblée en Algérie par le ministère de l’industrie le mois de mars dernier. Ce geste de transparence de la part du ministère en charge de l’industrie a montré une marge bénéficiaire faramineuse qui a choqué l’opinion publique. Cependant, Tahkout insiste qu’il n’exerce pas plus de 12% de marge en la matière. Il souhaite, par ailleurs, assembler d’autres marques moins chères, selon ses déclarations devant le ministre.

De son côté, le responsable de « KIA Algérie », une autre marque assemblée en Algérie, a annoncé devant le même ministre, que son usine atteindra un tau d’intégration de 50% à la fin 2019.

Ces déclarations des deux acteurs majeur de l’automobile « made in Algérie », ne rassure cependant pas les algériens, alors que la nouvelle loi de finance complémentaire en préparation réinstaure la TVA sur les automobiles assemblées en Algérie, selon certains médias. Un impôt qui peut envoyer des mauvais signes pour le marché de l’auto en souffrance depuis l’interdiction des importations des véhicules.

Input your search keywords and press Enter.