Thursday, April 2019

Benflis dénonce « la répression » contre les animateurs de Mouwatana

Talaie El Hourriyet, parti de l’ancien chef de gouvernement Ali Benflis, a réagit ce lundi 13 août, à l’empêchement par la police du sit-in des animateurs du mouvement Mouwatana, condamnant énergiquement sa « répression ».

Lire aussi: Sofiane Djilali, Zoubida Assoul, Saâd Bouakba et d’autres membres de « Mouwatana » arrêtés puis relâchés 

Dans un communiqué rendu public, le parti s’est élevé contre « le recours à des méthodes autoritaires répressives pour empêcher un rassemblement pacifique » et contre « l’interpellation injustifiée de leaders de partis politiques, d’organisations de défense des Droits de l’Homme et de militants du mouvement associatif. Interpellation « significative du mépris des pouvoirs publics pour l’opposition », a-t-il écrit.

« Une fois de plus, Talaie El Hourriyet condamne la violation continue du droit de manifester pacifiquement et de la liberté d’expression consacrés par la constitution », ajoute le parti qui dénonce « le rétrécissement du champ des libertés pour faire taire l’opposition et rendre, encore plus difficile, la diffusion de son message pacifique ». Il cite entre autres exemples, « la fermeture hermétique des médias publics » aux partis politiques de l’opposition, « les pressions exercées sur la presse indépendante » et « le renforcement du dispositif arbitraire » tendant à empêcher les contacts avec le citoyen.

Dimanche, une trentaine d’animateurs du mouvement Mouwatana ont tenté de tenir un sit-in à la place des martyrs à Alger, pour exprimer leur opposition à un 5emandat du Président Abdelaziz Bouteflika et réclamer un Etat de droit. Soufiane Djilali, président de Jil Jadid, Zoubida Assoul, porte-parole du mouvement et d’autres acteurs ont été interpelés, puis entendus par la police avant d’être relâchés.

loading...
Input your search keywords and press Enter.