Des personnalités appellent Bouteflika à ne pas briguer un 5e mandat

Plusieurs personnalités nationales dont l’ancien chef de gouvernement, Ahmed Benbitour, l’écrivain Yasmina Khadra, le sociologue Nacer Djabi, l’ancien ministre Ali Benouari et le président de Jil jadid Djilali Sofiane, ont appelé ce samedi 26 mai, le président Bouteflika à renoncer au cinquième mandat.

« Votre âge avancé et votre dramatique état de santé, vous commandent de ne plus vous occuper des charges de l’Etat bien trop lourdes. A n’en pas douter, un autre mandat, serait un calvaire pour vous et pour le pays », écrivent les initiateurs dans une lettre ouverte, estimant que « quatre mandats, sont raisonnablement suffisants pour qu’un homme accomplisse son œuvre et satisfasse ses ambitions ».

Cet appel intervient « au moment où des forces malsaines se mettent en branle pour vous indiquer le chemin du cinquième mandat », peut-on lire dans la lettre. Une allusion on ne peut plus clair au secrétaire général du FLN qui fait de la promotion du 5e mandat son cheval de bataille.

Pour ces personnalités, ce sera une « erreur dramatique si vous deviez, encore une fois, refuser la voix de la sagesse qui interpelle chaque âme à l’heure des choix fatidiques ».

« C’est donc en toute conscience que, signataires de cette lettre, nous vous interpellons en faveur de la seule et unique décision qui puisse ouvrir une ère nouvelle pour le pays, où l’intérêt général sera mis au-dessus de l’intérêt des hommes : votre renoncement au cinquième mandat! », écrivent-ils.

Mettre fin à la légitimité révolutionnaire !

Sans trop verser dans la critique, ils expliquent à l’adresse du chef de l’Etat qu’il a fait son temps. « Vous avez accompli, dans ce pays, ce que vous pensiez être le plus indiqué en fonction de vos conviction. Vos choix politiques, votre vision et votre conduite auront profondément marqué l’Algérie », et « l’histoire jugera », lui reconnaissent-ils.

Et de l’appeler enfin à démontrer aux Algériens que « l’Algérie est plus importante à vos yeux que l’ambition de l’homme », et ce en refusant de suivre « la déraison, les peurs et les instincts égoïstes de ceux qui vous entourent ». Le renoncement au cinquième mandat c’est ouvrir la voie à un changement pacifique, pensent les rédacteurs. Par son retrait, Bouteflika permettra au peuple de « s’affranchir de ce système dévoyé » et il sera « l’homme qui clôture la légitimité révolutionnaire en permettant au pays de s’engager sur la voie de la légitimité populaire ».

Input your search keywords and press Enter.