Friday, February 2019

FFS : le député Chafaâ Bouaiche devant la commission de discipline

Le sulfureux député du FFS, Chafaâ Bouaiche semble vivre ses derniers jours au sein du FFS à cause de ses comportements « devenus intolérables» contre les cadres de son propre parti.

En effet, depuis la défaite de son équipe au dernier congrès du parti le 20 avril dernier et même avant, le député de Bejaia n’a pas cessé de dénigrer les cadres du parti qui ne sont pas de son camp. Ainsi à Bejaia, plusieurs cadres du FFS, dont des enseignants universitaires ont subi les foudres de ce député également ex-dirigeant du parti lorsque « le cabinet noir » avait la main sur l’appareil de la formation du feu Hocine Ait Ahmed. Néanmoins, depuis que l’équipe Laskri a évincé « le cabinet noir » dont fait parti M. Bouaiche, ce dernier n’a plus les pouvoirs exorbitants et l’impunité dont il a bénéficié pendant plusieurs années. Désormais, il est soumis aux mêmes règles que les autres militants.

Attaques ciblées 

Le parlementaire ayant fait carrière au sein du parlement grâce à la notoriété du FFS et sa base militante à Bejaia, n’a pas digéré son éviction de la tête du groupe parlementaire. Le jour de la nomination du nouveau chef du groupe parlementaire en l’occurrence Saddek Slimani, Chafaâ Bouaiche a réagit sur sa page Facebook en lançant une pique en direction de l’instance présidentielle affirmant qu’il a appris la nouvelle via les réseaux sociaux. Une réaction qui n’a pas déstabilisé la direction actuelle, sans pour autant décider des sanctions à son égard.

Depuis plusieurs semaines les sorties « facebookiennes » de Chafaâ Bouaiche ciblent des cadres du parti en dehors de toute « discipline partisane » qu’impose la fonction de député d’un parti politique. La dernière en date, est une attaque très grave contre plusieurs de ses camardes à Bejaia. « Ils partagent un couscous avec le plus grand mafieux du foncier de Bejaia…et ils se disent militants ! », a écrit Chafaâ Bouaiche dans un post sur Facebook le 28 juillet dernier, soit le jour du mariage d’un membre du secrétariat national.

Capture d’écran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fait, Bouaiche laisse entendre que lors du mariage de ce cadre, ou plusieurs membres de la direction nationale ont été présent, « le plus grand mafieux du foncier de Bejaia » était invité à la même cérémonie. Mais la réalité est que le « Rambo » de la lutte contre « la Mafia du foncier de Bejaia », ciblait des  cadres du parti qui n’ont rien avoir avec ce qu’il dit. D’ailleurs il n’a présenté aucun rapport à la direction nationale prouvant l’implication de ces cadres avec cette supposée  «  Mafia du foncier ». Ironie du sort, le piège s’est refermé sur son instigateur.

Suspension, chute libre   

En effet, selon nous informations, les cadres ciblés par Chafaâ Bouaiche ont décidé de déposer un rapport au niveau de la direction nationale accusant le sulfureux député de « dénigrement» pour « faire plaisir à des cercles occultes ». Le premier secrétaire du FFS, Mohamed Hadj Djilani, a procédé par la suite à la suspension de Chafaâ Bouaiche en attendant son passage devant la commission de discipline. La réaction du député suspendu n’a pas tardé. Il a qualifié sur sa page Facebook la direction d’appareil répressif.

Il est désormais clair que le parlementaire controversé du FFS vit ses derniers jours au sein du parti. Selon des proches de Chafaâ Bouaiche contacté par DMA, il ne compte pas se présenter devant la commission de discipline puisqu’il sait que son sort est scellé de part les fautes graves qu’il a commis.

La chute du député de Bejaia qui faisait il y a quelques mois la pluie et le beau temps au sein du FFS est tellement vertigineuse qu’il pense déjà à quitter le parti.

Input your search keywords and press Enter.