Le FFS dénonce l’exclusion de Tamazight des travaux de l’APN, accuse le pouvoir …

Le premier secrétaire du Front des Forces Socialistes (FFS), Mohamed Hadj Djilani, est revenu ce samedi à Tizi Ouzou, sur la polémique enclenchée lors des débats à l’APN sur le règlement intérieur de l’assemblée. Pour lui, ce règlement intérieur veut réduire les députés de l’opposition au silence. Il a également dénoncé l’exclusion « anticonstitutionnelle » de Tamazight come langue officielle à l’APN.

Hadj Djilani qui intervenait à l’ouverture du conseil fédéral de cette wilaya, a accusé « le pouvoir, qui a fait du parlement une chambre d’enregistrement » de vouloir « le transformer en une caserne ». Il a, au passage, dénoncé,  une volonté de « piétinement »  de la liberté d’expression, et d’ « étouffer toutes les voix qui lui sont discordantes ».

A ce titre, le premier responsable du parti « rejette avec vigueur le projet du règlement intérieur tel que proposé devant l’Assemblée Populaire Nationale ». Pour la formation politique du feu Hocine Ait Ahmed,  « les réformes constitutionnelles de 2016 qui constituaient une régression en termes des libertés, ce projet de règlement intérieur est une autre régression en termes de liberté de l’action parlementaire ».  Le FFS réclame plus « de prérogatives aux députés pour exercer leur pouvoir de contrôle sur le gouvernement et instaurer la séparation du pouvoir législative du pouvoir exécutif ». Il estime que « ce projet de Règlement intérieur propose plusieurs articles verrouillant la libre expression des députés lors des séances plénières, et excluant  la langue amazighe des travaux de l’assemblée en violation de la constitution ».

Input your search keywords and press Enter.