Thursday, April 2019

Les avoirs du Quotidien El Watan « gelés » par la justice suite au « licenciement » d’un journaliste

Le tribunal de Sidi Mhamed a rendu, en fin de la semaine dernière, une décision de saisie conservatoire sur l’ensemble des avoirs du quotidien francophone El Watan au profit de son ex-journaliste Mohamed Staifi.

Selon les documents dont DMA détient des copies, le gel est susceptible de s’étendre aux valeurs des actions de la société éditrice du journal et l’ensemble de son patrimoine immobilier dans les prochains jours. En effet, il s’agit d’un jugement prononcé à l’encontre du quotidien El Watan suite à une plainte pour « harcèlement moral et licenciement abusif » portée devant les tribunaux par un de ses ex-journalistes en l’occurrence, Mohamed Staifi. Pourtant, la somme accordée en guise de réparation du préjudice, plus d’un million de Dinars, reste assez modeste devant les avoirs gelés par la justice. L’ex-journaliste d’El Watan qui dit avoir dénoncé « un environnement de travail inadéquat, méprisant, attentatoire à l’étique et irrespectueux du droit du travail » ne souhaite plus revenir sur la circonstance de son licenciement, mais il explique que « sa bataille en justice face au journal a durée plus de deux ans dans les salles d’audience et à travers les couloirs des tribunaux ». Le jugement en appel devant la cour d’Alger fait par la défense du journal a, selon le concerné, conforté le jugement de la première instance qui oblige El Watan de verser plus d’un million de dinars au journaliste licencié.

Suite à ce jugement, la direction du journal a refusé d’appliquer le jugement.  « Omar Belhouchet, le président directeur général de la société éditrice du quotidien refuse catégoriquement d’exécuter la décision de justice et persiste à ignorer les multiples et longues procédures que j’avais par la suite entamées, notamment des affichages publiques au tribunal et au sein de la mairie de Sidi M’amed, Wilaya d’Alger pour parfaire l’action légale », nous détaille le journaliste.

La refus en question a obligé le plaignant d’adresser « une mise en demeure dans la presse nationale », ce qui lui a donné le droit d’ « exercer une saisie conservatoire sur l’ensemble des avoirs de l’entreprise et à bloquer toute utilisation des actifs détenus par la SPA El Watan-presse jusqu’à l’exécution du jugement » précise l’ex-journaliste d’El Watan .

loading...
Input your search keywords and press Enter.