Tuesday, September 2021

L’OM s’incline à Leipzig mais garde ses chances en Europa League

En l’absence de quatre titulaires, l’Olympique de Marseille a livré un match intelligent et courageux et concédé une courte défaite 1-0 jeudi soir à Leipzig en quart de finale de l’Europa League, laissant entières ses chances de qualification au retour.

Tenu derrière par un Luiz Gustavo remarquable en position d’arrière central, l’OM s’est même procuré les meilleures occasions du match, mais a cédé à un coup de boutoir en première période de l’inévitable Timo Werner, le jeune buteur de l’équipe d’Allemagne.

Si les absents Mandanda, Thauvin, et les centraux Rami et Rolando sont de retour la semaine prochaine au Vélodrome, les supporters de l’OM peuvent espérer revivre l’une de ces grandes soirées européennes qui sont l’ADN du club olympien.

Sans sa charnière habituelle, Rudi Garcia avait dû trouver des solutions, pour affronter une équipe de Leipzig réputée joueuse et rapide.

Il avait tenté le pari d’une défense à cinq, avec Boubacar Kamara et Hiroki Sakai dans l’axe de part et d’autre de Luiz Gustavo, tandis que les couloirs étaient gardés par Bouna Sarr et Jordan Amavi.

Devant, l’entraîneur avait positionné Kostas Mitroglou en pointe. Payet jouait légèrement décalé sur la droite.

« On perd des joueurs, mais ce qu’on ne perd pas, c’est la volonté de combattre, l’abnégation, la cohésion, cette équipe a une âme, il va falloir s’en servir », avait lâché Garcia avant le match.

Et, en effet, cette formation remaniée allait longtemps tenir la dragée haute aux Allemands. Souvent battu dans les duels en milieu de terrain, où l’absence de Gustavo se faisait sentir, Marseille pourtant tenait bien le coup derrière et se procurait même les meilleures occasions, par Mitroglu (4e) ou Ocampos (44e) notamment.

Juste avant la pause, l’OM accélérait même et Sarr envoyait une acrobatique bicyclette sur la transversale (41e). Quatre minutes plus tard, Gulacsi repoussait deux tirs consécutifs du même Sarr et d’Ocampos.

On jouait la minute additionnelle et Marseille pouvait être satisfait d’avoir bien fait la moitié du boulot, mais sur le contre, Timo Werner effaçait Kamara dans la surface et plaçait son tir entre les jambes de Yoann Pelé. Leipzig rentrait au vestiaire avec un but d’avance sans l’avoir vraiment mérité.

La seconde période s’annonçait tout aussi équilibrée. Leipzig tentait de mettre plus d’intensité dans les duels et de presser Marseille, mais la défense ne lâchait rien, avec un Luiz Gustavo très sûr dans l’axe, qui sauvait notamment son équipe à la 77e minute en taclant in extremis Werner qui filait au but sur un contre.

Lors des accélérations du RB, l’OM laissait passer la tempête, puis repartait à l’assaut entre contre. Ocampos à plusieurs reprises, ou Payet, se créaient de nouveau des occasions, mais ne cadraient pas, ou butaient sur les défenseurs.

Leipzig, qui est encore loin d’une qualification, peut toutefois se satisfaire de ce résultat: c’est la première fois dans un match européen que le RB n’encaisse aucun but.

Input your search keywords and press Enter.