Thursday, August 2020

Produits de large consommation : Ouyahia dément toutes nouvelles taxes  

Le gouvernement ne va pas taxer les produits de large consommation. L’avant projet de loi de finances complémentaires pour l’année 2018, « ne contient aucune taxe ni aucune augmentation sur des produits de large consommation », affirme l’Exécutif dans un communiqué publié ce jeudi 24 mai, sur le portail officiel du Premier ministère.

Ce choix est adopté « en dépit du fait que le pays connaît un important déficit budgétaire de 1800 milliards DA qui n’est couvert que par les emprunts du Trésor auprès de la Banque d’Algérie », rassure la même source.

Les précisions d’Ahmed Ouyahia interviennent suite à des informations relayées sur de nouvelles taxes prévues dans ce texte. Mais, le premier ministre nie catégoriquement, soutenant que « chacun le constatera lorsque le projet de Loi de finances complémentaire sera rendu public ».

« Fuites organisées »

Ce que le gouvernement qualifie de «  fuites organisées » sur l’avant projet de LFC 2018, notamment en ce qui concerne les nouveaux tarifs de délivrance des documents électroniques,  « alimentent la spéculation et parfois même les fausses informations ». Il précise que « les nouveaux tarifs appliqués aux documents électroniques reflètent leur coût ».

Documents officiels : les nouveaux tarifs

Ainsi, pour la carte nationale d’identité biométrique électronique, son coût est de 2.000 DA et elle sera délivrée pour 2.500 DA. Pour le passeport biométrique électronique, son coût est de 6.000 DA pour le modèle de 28 pages (qui sera délivré pour 10.000 DA) et de 12.000 DA pour le modèle de 48 pages (qui sera délivré pour 50.000 DA).

Quant à la production du passeport en procédure d’urgence, elle entraine un coût plus élevé,  25.000 DA pour le passeport de 28 pages et 60.000 DA pour le passeport de 48 pages. Il en résulte un tarif de délivrance de 50.000 DA et 150.000 DA selon le modèle, ajoute le communiqué du gouvernement. S’agissant enfin du coût de production du permis de conduire biométrique électronique, il sera de 10.000 DA pièce, alors que celui de la carte d’immatriculation automobile est de 20.000 DA pièce.

Les justificatifs d’Ouyahia

Pour le gouvernement, il n’y aura pas d’incidence sur le pouvoir d’achat des algériens. Les documents officiels ont tous « une durée de validité minimale de dix années ». « Ramené à cette durée, le tarif de délivrance de chacun de ces documents devient modeste », justifie-t-on. Alors que pour le passeport de 48 pages délivré en procédure d’urgence, « destiné aux hommes d’affaires », ces derniers « n’auront aucun problème à régler ce montant ».

Input your search keywords and press Enter.