Wednesday, June 2019

Réplique de Gaïd-Salah sur le rôle de l’armée : Makri ne se sent pas concerné

Le président du MSP ne se sent pas concerné par les propos d’Ahmed Gaïd-Salah, chef d’état major de l’ANP, affichant un niet catégorique quant à l’intervention de l’armée dans une quelconque période de transition. « Le Mouvement ne se sont nullement concernée par cette réponse, car n’ayant jamais appelé à l’intervention de l’armée », affirme Abderrezak Makri dans un communiqué diffusé en début de soirée de jeudi 26 juillet.

Makri précise qu’il avait été interrogé sur le rôle de l’institution militaire dans l’initiative de consensus et qu’il avait répondu qu’il s’agit de « contribuer à protéger le consensus s’il sera réalisé entre les Algériens ».

Porte-parole de l’armée 

Plus que ça, le MSP dit « partager et soutenir » les déclarations du vice-ministre de la Défense nationale, concernant les missions de l’armée, les considérant comme « une orientation civilisationnelle en faveur de l’intérêt national ». « Nous espérons que ce sera une rupture définitive avec des pratiques dans le passé où l’intervention était claire et connu de tous par détails », souhaite le parti islamiste.

Quant aux critiques de Gaïd-Salah, pointant du doigt des parties qui veulent impliquer l’armée dans des conflits partisans, Makri dément et estime que son parti « n’a jamais enclenché des luttes », mais, « d’autres partis et politiques ayant réagit » à son initiative « qui l’ont fait ».

Enfin, « aucun responsable du MSP ne s’est érigé en porte-parole de l’armée », précise le chef du MSP, soutenant que « l’ANP est l’armée de tous les Algérien ».

Lire aussi: Rencontre Ould Abbès-Makri : les trois « réserves » du FLN

Input your search keywords and press Enter.